Coronavirus : un premier cas confirmé en province de Liège, à Eupen

Un premier cas d’infection au nouveau coronavirus a été confirmé ce mardi dans l’arrondissement de Verviers. Le patient infecté est un homme de 65 ans qui s’est présenté dimanche aux urgences de l’hôpital Saint-Nicolas d’Eupen.

Les résultats des analyses effectuées dans un laboratoire spécialisé à Louvain étaient attendus lundi mais ils ne sont tombés que ce mardi. L’homme, âgé de 65 ans, est bien positif au Covid-19. Ce mardi, l’état du patient nécessitait un maintien sous surveillance aux soins intensifs, nous a précisé le docteur Frédéric Marenne, médecin chef à l’hôpital eupenois. Pour cette raison, comme le veut la procédure, il sera transféré à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. L’homme avait été en contact avec une personne (son employeur) qui avait séjourné à Venise, en Italie, mais n’avait pas développé la maladie.

"Son état justifie qu’il soit transféré par ambulance médicalisée à l’hôpital Saint-Pierre. Au niveau de l’hôpital, nous l’avons placé en isolement et tout le personnel qui a été en contact avec lui a été isolé et protégé. Tous les gens qui, avant la suspicion, ont été en contact direct avec ce patient vont aussi être testés par écouvillon nasopharyngé pour le coronavirus et être envoyés en quarantaine à domicile à titre préventif", détaille encore le médecin.

Ce patient eupenois n'a pas été comptabilisé dans les cinq nouveaux cas annoncés mardi matin par le SPF Santé publique, ces cinq cas étant des situations de contaminations directes soit par séjour dans une zone à risque, soit par contact avec une personne malade. Il s'agit donc d'un sixième nouveau cas belge et d'un premier cas de contamination indirecte, c'est-à-dire via une personne non malade. 

Les résultats du test se sont fait attendre 36 heures. "Si la procédure avait été suivie comme le recommande le SPF Santé, ce patient n'était pas soumis à la détection du coronavirus et était placé dans une chambre classique", souligne Frédéric Marenne qui regrette la longue attente avant d'obtenir les résultats.  "Il n'y a qu'un seul laboratoire qui réalise ces tests et visiblement, il arrive à saturation. Alors que l'on sait que la rapidité d'action est essentielle pour limiter la propagation du virus, il faudrait augmenter le personnel ou ouvrir de nouveaux laboratoires", a insisté le médecin chef.    Les membres du personnel, qui ont été en contact avec le patient infecté ont été soumis au test de dépistage puis priés de rester chez eux durant 14 jours. Avec une quinzaine de personnes en moins et des cas de coronavirus qui risquent de se multiplier, l'hôpital d'Eupen devrait alors faire face à une situation de crise. "Plusieurs réunions sont prévues et on voit quels services pourraient être complètement ou en partie fermés, afin de pouvoir subvenir aux besoins des patients", a-t-il ajouté. Dans ce cadre, un service spécifique avec quatre ou cinq lits destinés aux patients suspectés d'être porteurs du coronavirus va être mis en place au sein de l'hôpital.