Coronavirus : les centres de revalidation viennent en renfort aux hôpitaux pour les patients qui nécessitent un suivi médical léger

L’épidémie galope et l’afflux de patients atteints du coronavirus ne cesse de croître. Pour soulager les hôpitaux, des structures intermédiaires ouvrent. Des centres de revalidation, tels que celui de Spa Nivezé, vont héberger des patients qui requièrent un suivi médical léger. Une mesure qui concernent les malades de tout le pays, pas uniquement ceux de la Province de Liège."Je suis comme une 'cliquote', comme on dit à Liège. C’est-à-dire, comme un linge. Je n’ai plus de force, je ne mange plus et je ne bois plus", souffle l’un des premiers patients accueilli à Spa Nivezé pour cette deuxième vague. Trop faible pour rentrer chez lui, mais pas assez pour être hospitalisé. Ce Liégeois a déjà fait un séjour à l’hôpital, mais "il faut laisser la place aux autres", comprend-il. Alors il a été transféré. "Ça s’appelle la solidarité."


►►► À lire aussi : Seraing : l’unité covid gérée par des militaires au Bois de l’Abbaye accueille ses premiers patients


 

S’il manque de place dans les hôpitaux, c’est moins le cas dans les centres de revalidation. Ceux-ci accueillent habituellement des patients après une opération mais les opérations sont devenues moins nombreuses depuis que les hôpitaux ont stoppé les interventions non urgentes. Alors le Gouvernement de Wallonie, sur proposition de la Ministre de la Santé, a marqué son accord pour libérer une première vague de 168 places dans des centres de convalescence et de revalidation. "On a profité de l’expérience pilote qu’on avait menée précédemment mais qui était beaucoup plus circonscrite puisqu’elle était destinée uniquement à des personnes qui étaient destinées à rentrer en maison de repos et qui nécessitaient d’être ‘décontaminées’. Ici, c’est beaucoup plus large : ce sont tous les patients qui sont plus légers et qui peuvent être suivis dans une structure plus légère", détaille Christie Morreale.

4 images
Le Gouvernement wallon, sur proposition de la ministre wallonne de la Santé, Christine Morreale, a marqué son accord pour libérer une première vague de 168 places afin de prendre en charge des patients COVID-19 positifs. © BELGA / VIRGINIE LEFOUR

"Forcément, ça va faire un appel d’air. Tous les hôpitaux de la région liégeoise, par exemple, sont demandeurs de pouvoir transférer une partie de leurs patients pour pouvoir accueillir tout le monde en amont. Même si on espère que dans les prochaines semaines, la situation se calmera avec les mesures de confinement."

Le personnel fier de pouvoir prêter main-forte au secteur hospitalier

A Spa-Nievezé, le directeur assure que son établissement possède toutes les compétences pour suivre les patients covid dans les meilleures conditions. Les conséquences du virus sur l’état de ceux-ci sont des aspects que les équipes du centre de revalidation ont l’habitude de gérer. "Un aspect important c’est évidemment l’aspect respiratoire. Mais un autre point tout aussi important, c’est la dénutrition : les personnes qui sont restées longuement alitées à l’hôpital, souffrent d’une perte musculaire. On a la chance d’avoir un gros service diététique chez nous, qui est très sensibilisé à ce sujet de la dénutrition. C’est un avantage pour assurer le bon suivi des patients", explique-t-il.

Je pense que l’équipe soignante ici est très fière de pouvoir porter sa pierre à l’édifice

4 images
Le personnel du centre de revalidation heureux de pouvoir prêter main-forte. © BELGA / VIRGINIE LEFOUR

Le personnel se montre également motivé et particulièrement impliqué. Eloïse Belot, infirmière dans le centre, s’est d’ailleurs portée volontaire pour travailler dans l’aile covid. "Je pense que l’équipe soignante ici est très fière de pouvoir porter sa pierre à l’édifice", appuie-t-elle. Elle qui réalise la détresse du personnel hospitalier ajoute que son équipe "est contente de pouvoir être là, de pouvoir prendre le relais, en tout cas pour une partie des patients."

Trois structures ouvrent des places dès cette semaine

Pour soulager les hôpitaux, trois centres commencent à accueillir des patients covid dès cette semaine :

  • Le centre de convalescence des "Heures Claires" à Spa : 20 lits activés dès mercredi. Une ouverture de 30 lits supplémentaires est prévue pour le 12 novembre. L’établissement pourra mettre à disposition une capacité maximale de 50 lits de convalescence.
  • Le centre de revalidation des mutualités chrétiennes à Spa-Nivezé : 15 lits activés dès lundi avec une augmentation par tranche de 15 lits toutes les semaines pour atteindre, à terme, une capacité maximale de 88 lits.
  • Le centre de convalescence de la Maison de Mariemont à Morlanwelz : 15 Lits activés dès mardi et 15 lits supplémentaires à partir du 14 novembre, soit un total de 30 places.

Chacun des établissements de soins doit respecter scrupuleusement une série de règles sanitaires, qui prévoient notamment une aile autonome, totalement indépendante, du personnel uniquement dédicacé à ces soins et l’application des règles d’hygiène.


►►► À lire aussi : Des maisons de repos commencent à accueillir des patients covid pour aider le CHR de Liège


En fonction de la répartition des compétences, le coût de ces structures intermédiaires sera réparti entre le fédéral et les entités fédérées, le fédéral prenant en charge les soins via une convention INAMI et les entités fédérées le reste de l’encadrement. La Wallonie a dégagé 683.000 euros pour mettre cette mesure en œuvre.

A voir aussi :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK