Coronavirus : la justice liégeoise, décimée par une imprudence sanitaire

Le bâtiment de l'Auditorat du Travail, à Liège
Le bâtiment de l'Auditorat du Travail, à Liège - © Michel Gretry

Cinq jeunes magistrats et un stagiaire de l’auditorat du travail sont actuellement en quatorzaine. C’est un tiers des effectifs de cette juridiction, chargée, notamment, du respect des normes de sécurité au boulot.

Ces juristes ont assisté, la semaine dernière avec une petite trentaine de collègues francophones, à un séminaire résidentiel, dans un hôtel à Balmoral sur les hauteurs spadoises, un séminaire obligatoire sous l'égide du très officiel Institut de Formation Judiciaire. Et les précautions sanitaires ne semblent pas avoir été très scrupuleusement respectées : petits-déjeuners buffets, mélange des sous-groupes, salles de cours non aérées, et ce genre de choses. Le vendredi, deux personnes ont commencé à présenter des symptômes d’affections respiratoires. Le lendemain, l’une d’elles a été testée positive au coronavirus. Et c’est seulement le lundi en début de soirée qu’un courriel a été envoyé pour informer les participants de la situation. Un délai qui n’est pas sans conséquence : entretemps, certains ont rendu visite à des membres de leur famille, d’autres ont conduit leurs enfants à l’école. Un mépris envers les règles de traçage qui ne manque pas d’interpeller, sans parler de l'opportunité même d'organiser ce type de rencontre en cette période. 

L’Institut de Formation Judicaire a demandé à tous d’observer la plus grande discrétion sur ces événements.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK