Flambée de cas de coronavirus à Waimes: 4% de la population contaminée après une kermesse et des obsèques

La province de Liège est toujours la plus touchée à l'échelle nationale. Et si nous y regardons de plus près, certaines communes se démarquent, comme celle de Waimes. Le bourgmestre a pris des mesures complémentaires car il a bien identifié les sources de contamination.

Depuis deux semaines, dans la commune de Waimes, on compte près de 300 personnes contaminées par le coronavirus, soit près de 4% de la population, ce qui en fait la quatrième commune avec le plus haut taux d'incidence du pays (3781 cas/100.000 habitants sur deux semaines), derrière Butgenbach, Thimister et Herve.

Un chiffre élevé qui serait dû à la tenue de festivités qui ont eu lieu ces derniers jours. Daniel Stoffels, le bourgmestre de Waimes: "Il y a eu un certain nombre d'activités dans la commune et dans les communes voisines qui ont fait qu'il y a eu des rassemblements, peut-être en ne respectant pas toujours toutes les normes -je n'y étais pas pour le contrôler- mais ça correspond plus ou moins à ces moments-là".

Une kermesse et un café d'enterrement pointés du doigt

Parmi ces festivités, une kermesse dans le village voisin, mais aussi un café d'enterrement lors duquel les mesures de distanciation sociale n'auraient pas été correctement respectées.

La commune a donc pris les choses en mains: "Déjà la semaine dernière, jeudi, nous avions décrété que tout ce qui était balades d'Halloween, tout ce qui était feux de la Saint-Martin, étaient supprimés" explique le bourgmestre. "Lundi de la semaine passée, on s'est vus et on a pris toutes les mesures pour arrêter les entrainements sportifs -sauf pour les moins de 12 ans-, on a pris toutes les mesures pour empêcher tous les rassemblements, les sociétés musicales, les sociétés culturelles, etc., pour empêcher que le contact se perpétue. On a espéré que ça se calme plus vite, mais ce n'est pas encore le cas".

Les résidents en maisons de repos épargnés

Bonne nouvelle toute de même, les cas Covid ne sont pas des cas graves, et les personnes âgées en maisons de repos restent très épargnées. Mireille Vandeuren, présidente du CPAS de Waimes: "C'est vrai qu'on a été assez durs dans nos mesures pour les préserver au maximum. Les retours en famille malheureusement pour nos résidents n'ont pas encore eu lieu depuis le tout début de la crise, et ça, c'est très très dur, je peux comprendre. Mais on a été touchés beaucoup plus tard que les autres maisons de repos durant la première crise. On a vraiment reculé le déconfinement au maximum".

Depuis le début de la crise, seuls deux résidents de la maison de repos de Waimes ont été touchés par l'épidémie.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK