Commerces vides : 9% à Malmedy, 18% à Liège, 33% à Verviers

Une série d'initiatives communales pour redynamiser le centre de Huy
Une série d'initiatives communales pour redynamiser le centre de Huy - © Huy.be

Dynamiser les centres-villes, éviter la désertification commerciale, c’est le défi de bon nombre de responsables communaux.
L’association des managers de centre-ville (l’AMCV) a sorti ses chiffres pour 2019. Les cellules commerciales vides restent un problème à bon nombre d’endroits. En Province de Liège, la situation varie très fort d’une ville à l’autre. Elle est critique pour Verviers, stable pour Liège, anodine pour Malmedy.

L’exemple liégeois

Avec ses 1148 commerces, Liège reste, et de loin, la ville où il y a le plus de magasins en Wallonie. Il existe évidemment comme ailleurs des cellules vides mais pas de quoi inquiéter l’AMCV : "le taux de 18% de cellules inoccupées reste stable", explique Estelle Nicolay, la directrice de l’association, " la différence qui se marque, c’est que c’est dans les rues principales comme Vinâve d’île ou Pont d’île que le taux de cellules vides augmente et ça se voit fort car ce sont souvent des espaces assez grands. Par contre, dans les quartiers qui ont une identité plus forte où les autorités publiques apportent des aides aussi à travers Créashop par exemple, on voit qu’il y a un renforcement de la dynamique commerciale avec un taux de cellules vides qui diminue dans la rue Neuvice, Souverain Pont, rue de la Casquette ou rue Saint-Paul. On sent que le citoyen a besoin de revenir à des commerces de qualité, de proximité, avec des circuits courts, du service. Les consommateurs retournent vers ces commerces et en les regroupant dans un quartier on arrive à avoir une offre commerciale globale qui intéresse les consommateurs".

Huy, une dynamique qui doit faire ses preuves

A Huy, selon l’association, le nombre de commerces vides a augmenté de 4% en 1 an. Une statistique qui étonne les autorités communales. Quoi qu’il en soit, là aussi, la ville donne l’impulsion pour inverser la tendance : primes communales, primes Créashop bientôt : "ça fera 8000 euros disponibles pour tout qui veut lancer un commerce dans une de ces cellules vides", explique l’échevin des affaires économiques, Eric Dosogne. La ville ne s’arrête pas là : "on a acquis des immeubles dans une rue qui posait problème. On les a restaurés. On a aussi changé les lieux pour favoriser la circulation des clients, les obliger à passer devant de nouveaux commerces. On a également acquis une ancienne surface commerciale vide pour la réaménager et y installer une halle de petits producteurs. On veille à avoir une diversité de commerces : des enseignes importantes et puis des plus petits commerces spécifiques : mercerie, maroquinerie et même le plus vieux commerce de Huy. I a plus de 140 ans !" Des initiatives qui devraient bientôt porter leurs fruits.

Loyers trop chers

Malmedy reste la ville où il y a le moins de commerces vides (9,3%), Hannut est un pôle dynamique (12,8%), Spa impactée par des travaux l’été dernier a enregistré une hausse de 2% du nombre de commerces désertés. La palme revient à Verviers 33,3% de commerces vides. Une situation critique due aux actuels travaux mais aussi aux expropriations lancées il y a déjà plusieurs années pour le projet de centre commercial dont on parle depuis 15 ans.

L’AMCV relève aussi que les loyers restent souvent trop chers : "Pour certains, on est dans une logique financière. Le loyer affiché qu’il soit payé ou non détermine la valeur du bien", ajoute Estelle NicolayQuant aux conseils, l’association en donne deux. Il faut arrêter de construire des shoppings centers en périphérie, ça a un impact négatif direct sur les centres-villes "ce n’est pas parce qu’on multiplie le nombre de mètres carrés commerciaux qu’on multiplie l’argent dans la poche du consommateur. Le deuxième conseil, c’est d’avoir une vision claire du développement commercial sur son territoire pour mettre en place des actions précises, ciblées et adaptées." Eviter de disperser les aides par exemple.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK