Remplacer les magasins de vêtements par des webshops ? Pas si simple !

Commerces de vêtements : remplacer les magasins par des webshops ? Pas si simple !
3 images
Commerces de vêtements : remplacer les magasins par des webshops ? Pas si simple ! - © RTBF - François Braibant

Une photo, un descriptif, un post sur une plateforme, pour un particulier, vendre en ligne peut sembler simple. Ça l’est beaucoup moins pour un magasin dont le stock compte des milliers d’articles.

"La mise en place d’un webshop, ce sont des millions d’euros d’investissement" explique Olivier Van Langenacker, patron de trois magasins à Spa, Barchon et Neupré. "Dans ce magasin, il y a à peu près 18.000 pièces de vêtements. La gestion des stocks, les frais d’envoi, de mise en place de votre article sur votre site, les photos, les mannequins… C’est colossal !

Ce n’est pas à la portée d’un franchisé comme nous d’avoir son webshop. Il en existe un pour notre groupe, mais qui ne profite pas à notre stock.

Nous, on a créé une boutique Facebook. Ça prend déjà énormément de temps : faire les photos, les publications… On occupe l’espace digital, oui mais le chiffre d’affaires est dérisoire. Pour un mois de novembre, c’est 2% du chiffre d’affaires qu’on aurait dû réaliser si on était restés ouverts. On ne peut pas ne faire que ça."

Les commerces de textile estiment que la fermeture actuelle les met en danger. Le stock est déjà dans les rayons et il sera plus difficile de vendre des blousons d’hiver en avril. La marchandise va perdre de sa valeur. Une série de franchisés du groupe Poincaré ont écrit au gouvernement. Ils demandent une réouverture.

Extrait du JT sur les magasins "non-essentiels" du 24 novembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK