Commémoration des sept ans de la tuerie de Liège

Voilà sept ans aujourd’hui que Nordine Amrani a tué cinq personnes sur le marché de Noël à Liège. Ce jeudi à 11h45, une cérémonie commémorative s'est tenue devant la stèle qui commémore le massacre.

Les parents des victimes font le parallèle avec Strasbourg

Les événements de 2011 et leur contexte rendent difficile d’éviter le parallèle avec le tout récent attentat de Strasbourg. C’est ce qu’explique le père de Laurent Krémer, l’une des victimes liégeoises d’il y a sept ans : "Ce sont des faits quasi-identiques. C'est lié au marché de Noël. Donc c'est très symbolique aussi. Et moi, ce que je dis, c'est qu'on ne peut pas se limiter à un seul fait lié au marché de Noël. Ce sont des faits répétitifs. On est dans une escalade de la violence et c'est très inquiétant." Thierry Kremer réclame des "mesures adéquates".

C'est aussi le discours qu'a tenu, avant la cérémonie, Fabien Gérouville, le père de Pierre Gérouville, lui aussi tué le 13 décembre 2011 par Nordine Amrani. Pierre Gérouville, très en colère, a invectivé les représentants des autorités publiques. Il a souligné les similitudes entre l'attentat de Strasbourg et la tuerie de Liège : "Ce type-là a tiré sur des gens pendant un marché de Noël. Idem à Liège. Les deux étaient archi-connus de la justice. Moi, je ne peux plus supporter ça."  Fabien Gerouville comme Thierry Kremer estiment que les mesures de sécurité prises après les attentats sont insuffisantes. Tous les deux fustigent ce qu'ils appellent le laxisme de la justice.

Le tueur liégeois, Nordine Amrani était connu pour des affaires de droit commun. L'enquête n'avait mis en évidence chez lui aucune motivation terroriste ou religieuse. Rappelons que le jour du massacre en 2011, Nordine Amrani, en liberté conditionnelle, était convoqué par la justice pour une affaire d'attouchements. Il risquait de retourner en prison. C'est une heure avant son rendez-vous qu'il s'est posté sur la plate-forme de la Place Saint-Lambert et qu'il a tiré dans la foule, tuant cinq personnes et en blessant 130. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK