CNS : limitation des spectateurs trop faible mais un espoir subsiste pour les directeurs du Forum et de l'Opéra

Le Conseil national de Sécurité a décidé d’augmenter la capacité d’accueil des spectacles et autres événements en la faisant passer à 200 personnes en intérieur et 400 en extérieur. Une augmentation qui, pour des grandes salles, ne change finalement pas grand-chose et ne permet pas la réouverture, vu le coût des spectacles. C’est ce qu’estime Simon Bouazza, le directeur du Forum de Liège, une salle de 2000 places : " Pour tous les spectacles qui étaient prévus au mois de septembre, on est évidemment bien au-delà des 200 personnes. Le premier spectacle qu’on avait reporté et qui est prévu le 10 septembre, c’était Laura Laune, et nous sommes à 1600 personnes dans la salle. A titre personnel, j’aurais préféré qu’on parle de jauge, de pourcentage des personnes admises dans les salles. Economiquement ce n’est pas viable à 200 personnes. Déjà les coûts d’infrastructure sont évidement beaucoup plus important que dans des petits lieux. Il y a aussi énormément de gens qui sont mobilisés. Il y a les coûts d’énergie, les investissements en termes de sons et de lumières dignes des grandes salles de spectacle. Et puis par rapport aux cachets qui ont été demandés par les artistes à l’époque – on est toujours dans ce qu’on appelle un report — il n’y a pas encore d’artiste ou de société de production qui a réfléchi sur le fait de proposer des spectacles à des prix relativement abordables ", affirme-t-il.

Deux cents personnes en intérieur et 400 en extérieur, c’est donc encore insuffisant pour les grandes salles mais leurs directeurs ont bien compris qu’une porte a aussi été ouverte vers une possible dérogation au cas par cas. C’est en tout cas ce que retient Stéphano Mazzonis, le directeur général de l’Opéra royal de Wallonie : " Passer de 100 à 200, ce n’est rien mais il y a beaucoup plus intéressant : le fait qu’il puisse y avoir une dérogation de la part des bourgmestres, avec validation du ministre compétent. Les bourgmestres connaissent bien les lieux et les capacités techniques de chaque lieu. Je parle par exemple de la ventilation qui n’est pas avec un air recirculé mais avec de l’air qui rentre neuf. Après, il faut faire des protocoles, avec les masques, la prise de température pour le public, etc. Cela dit, on pourrait élargir beaucoup notre jauge ", détaille-t-il.

L’Opéra royal de Wallonie devait redémarrer le 6 septembre avec son concert d’été et le 20 septembre avec La Bohème mais à 200 personnes, ce n’est pas viable économiquement : " C’est viable à 1000 personnes. On peut diminuer un peu mais avec 200 personnes, ce n’est pas le cas ", affirme le directeur italien en lançant un " Forza Cultura ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK