Client Luminus sans l'avoir demandé, il dénonce une vente forcée

Renaud n'est pas content
Renaud n'est pas content - © RTBF - François Braibant

Un coup de téléphone reçu, quelques questions sur sa consommation d'énergie... et une semaine plus tard il se retrouve client d'un autre fournisseur d'électricité alors qu'il n'avait rien demandé ni rien signé. C'est la mésaventure que dénonce Renaud, qui habite Baelen et qui est désormais, contre son gré, client de Luminus. 

Client sans avoir rien signé

Renaud n'est pas content. Il y a quelques jours, son téléphone sonne. C'est un comparateur d'énergie "soi-disant indépendant" nous raconte-t-il. "Il m'explique que Luminus a depuis un mois l'offre la plus intéressante du marché. Je lui réponds que je suis très content de mon fournisseur actuel et que je n'ai aucune raison de changer. Il me dit qu'il va m'envoyer les offres. Je ne refuse pas. Quelques jours plus tard, je reçois un mail de Luminus qui m'annonce que je suis client chez eux alors que je n'ai rien signé." 

"Pas une stratégie de l'entreprise"

"Ca arrive de temps en temps. Rarement" admet Anne Grandjean, la porte-parole de Luminus. "Mais une seule fois, c'est une fois de trop évidemment." Elle nous jure qu'il ne s'agit pas d'une stratégie délibérée de l'entreprise. Ce sont des initiatives personnelles des démarcheurs, qui sont payés à la vente. "Les règles de l'entreprise sont très strictes. Mais on ne peut pas toujours empêcher quelqu'un de franchir la ligne. Celui qui fait ça doit retourner en formation et s'il y a plusieurs plaintes du même ordre contre lui, il risque le licenciement."

"Un coup de fil et on annule"

Anne Grandjean souligne qu'il arrive aussi que de nouveaux clients qui viennent vraiment de signer avec Luminus se ravisent et utilisent la vente forcée comme excuse. Mais quoiqu'il en soit, le cas de Renaud pourrait être réglé très vite : "Il suffit de téléphoner et on annule tout de suite. Nous n'avons pas intérêt à forcer les gens à devenir nos clients."

La question de l'abus de faiblesse et une action en justice

Renaud, lui, ne l'entend pas de cette oreille. Il parle de vente forcée et d'abus de faiblesse. "Oui, je parle d'abus de faiblesse. Parce que tout le monde n'a pas les moyens sociologiques, comme moi, de se défendre." Renaud pense aux personnes âgées, à ceux pour qui s'expliquer au téléphone est difficile et à ceux qui vont baisser les bras par manque de temps ou de pugnacité. "Ces gens se font arnaquer par ces ventes forcées qui sont tout à fait inacceptables." Renaud annonce une action en justice contre Luminus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK