Claude Parmentier réagit dans l'affaire Publifin: "J'ai toujours déclaré tous mes mandats"

Claude Parmentier réagit dans l'affaire Publifin: "J'ai toujours déclaré tous mes mandats"
Claude Parmentier réagit dans l'affaire Publifin: "J'ai toujours déclaré tous mes mandats" - © BELGA

Claude Parmentier, chef de cabinet adjoint démissionnaire du ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan, a souligné mardi avoir toujours déclaré tous ses mandats et respecté les plafonds de rémunérations fixés par les décrets.

Claude Parmentier est "extrêmement meurtri"

"Depuis quelques jours, mon nom est cité dans les médias. Je suis extrêmement meurtri par certains propos que j'ai entendus. Et cette situation est devenue intenable pour moi tant du point de vue professionnel que personnel", affirme Claude Parmentier dans une réaction à l'agence Belga.

"J'ai donc décidé de remettre ma démission comme chef de cabinet adjoint du ministre Paul Furlan. J'espère ainsi pouvoir ramener un peu de sérénité dans les débats. Je le fais avec beaucoup d'émotion parce que, toute ma vie, j'ai eu à cœur d'exercer ma fonction politique avec probité et dans le respect total des règles. Jamais je ne me suis écarté de cette ligne de conduite", ajoute celui qui est aussi bourgmestre de Wanze.

Une "recherche permanente du bien public"

"Je souhaite rappeler que j'ai toujours déclaré tous mes mandats et respecté les plafonds de rémunérations fixés par les décrets. Ceux qui me connaissent savent le temps et l'énergie que je consacre à mes fonctions politiques et professionnelles, toujours guidé par la recherche permanente du bien public. C'est, à mes yeux, la meilleure réponse que je puisse apporter aux critiques dont je fais l'objet aujourd'hui."

Claude Parmentier, chef de cabinet adjoint en charge des Pouvoirs locaux au cabinet Furlan, a démissionné lundi soir de cette fonction après la révélation d'un conflit d'intérêts dû à un mandat privé d'administrateur rémunéré au sein de Nethys, filiale privée opérationnelle du holding public liégeois Publifin.

Le ministre Paul Furlan, dont l'opposition réclamé la démission, a écarté tout lien particulier avec son ancien chef de cabinet adjoint. Il devra s'expliquer ce mercredi lors des débats au parlement wallon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK