Christian Wettinck, "le juge qui ne condamne pas", est décédé

Christian Wettinck avait préféré la jutice de paix du canton de Grâce-Hollogne au Conseil d'Etat
Christian Wettinck avait préféré la jutice de paix du canton de Grâce-Hollogne au Conseil d'Etat - © Tous droits réservés

Pendant dix ans, il a été le juge de paix du canton de Grâce-Hollogne. Le "petit juge" des "petits litiges", loyers impayés, arriérés de pensions alimentaires, factures oubliées. Lorsqu’il a pris son poste dans cette banlieue ouvrière, tout à la fin du siècle dernier, il a vu défiler les cohortes de travailleurs victimes des restructurations, des fermetures et des désengagements dans la sidérurgie. Dans un rapport annuel sur l’état de sa juridiction, Christian Wettinck a un jour estimé que la moitié des gens qui ont comparu devant lui, la moitié, étaient en situation de précarité. Et à son estime, les pauvres ne sont pas coupables d’être pauvres… Les propriétaires fonciers et les sociétés de logement social ont souvent été déboutés de demandes excessives.

Mais en fait, derrière cet homme de terrain se cachait un juriste de haut vol. Il avait été avocat pendant une quinzaine d’années, puis vice-président du tribunal de Première Instance de Liège, puis Conseiller d’Etat. Il avait, avec d’autres, à la fin des années septante, fondé l’Association Syndicale des Magistrats, une organisation destinée à lutter contre le conservatisme, la docilité ou la soumission à l’ordre établi, l’esprit de caste qui sévit souvent dans les prétoires.

Christian Wettinck est décédé ce samedi.