CHR de Liège : "La moyenne d’âge de nos patients Covid a diminué de 11 ans", pointe le chef de cardiologie

L’hôpital de la Citadelle est de nouveau en phase 2A depuis ce 6 avril et doit donc réserver 60% des capacités de soins intensifs pour des patients Covid. Pour l’instant, 46 patients sont hospitalisés, dont 16 en soins intensifs. Des lits occupés par des personnes de plus en plus jeunes, comme le pointe Pierre Troisfontaines, chef de service de cardiologie du CHR de Liège.


►►► À lire aussi : Les hôpitaux sont passés à la phase 2A : où en est-on dans l’occupation des lits de soins intensifs ?


Parmi les hospitalisations, aucun patient venant des maisons de repos

"Entre la deuxième vague et ce qu’on peut considérer comme troisième vague, on a une diminution au niveau de l’âge moyen de nos patients de 11 ans." Aux soins intensifs, le plus jeune patient n’est âgé que de 26 ans et la moyenne oscille autour des 50-55 ans.

Là, on n’a pas d’hospitalisations de personnes vaccinées. C’est un point important qui suscite l’espoir

Selon Pierre Troisfontaines, les variants ont un impact sur cette situation. "On sait que le variant brésilien, le sud-africain et le britannique sont des variants qui entraînent et touchent parfois aussi des populations plus jeunes. C’est un élément important", pointe-t-il. "Par ailleurs, ce qui est sûr, c’est qu’on n’observe plus de patients venant des maisons de repos. Les personnes vaccinées, clairement, sont protégées pour l’instant. Là, on n’a plus d’hospitalisation de personnes vaccinées. C’est un point important qui suscite l’espoir."

Report d’interventions chirurgicales

Autre conséquence de ce (re) passage à la phase 2A : plusieurs interventions chirurgicales se voient déprogrammées et reportées. "Dès jeudi et vendredi passés, nous avons déprogrammé des interventions cardiaques. Cela veut dire que des patients qui devaient être opérés prochainement, on doit les postposer de plusieurs semaines, voire peut-être d’un mois", explique le chef du service de cardiologie. Il précise que toutes les formes de chirurgie ont été impactées.

"On espère ne pas devoir déprogrammer plus. C’est pour cela qu’on fait appel à la population sur le caractère civique de chacun, parce que si on sature les hôpitaux, là on devra déprogrammer beaucoup plus d’interventions et donc on mettra en péril aussi beaucoup plus de patients."

Notons que plus de 35 patients venant des provinces du Brabant, du Luxembourg, de Namur et du Hainaut sont actuellement pris en charge dans les hôpitaux de la province de Liège.


►►► À lire aussi : Coronavirus : quel est le profil (âge, comorbidités) des patients hospitalisés ?


Extrait du point presse du Centre interfédéral de crise Covid-19 : évolution du profil des patients hospitalisés

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK