Chaudfontaine : contre le gel, Jean Galler a installé des ventilateurs dans ses vignes

Un des deux ventilateurs installés dans le vignoble Septem Triones
Un des deux ventilateurs installés dans le vignoble Septem Triones - © Jean Galler/Septem Triones

Il y a quinze jours, deux ventilateurs perchés à quelque sept mètres du sol ont fait leur apparition dans les vignes de Jean Galler à Vaux-sous-Chèvremont.

L’ancien chocolatier s’est mué en boulanger et en vigneron. Son vignoble, planté à partir de 2009, a été le premier certifié bio en Wallonie.

S’il y teste aujourd’hui des ventilateurs, c’est pour contrer un danger qui menace chaque année les vignes de nos contrées : le gel. "Jusqu’à présent, nous utilisions des bougies, ce qui n’est pas l’idéal : c’est assez polluant, ça coûte cher et c’est contraignant.", raconte Jean Galler, "Donc, il y a quinze jours, nous avons installé ces ventilateurs qui devraient avoir le même effet. L’objectif c’est de ramener l’air chaud vers le bas, puisque plus on vient près du sol, plus l’air est froid. Un ventilateur suffit par hectare. Nous avons à peine un tiers d’hectare, mais nous avons deux parcelles, ce qui nous a obligés à mettre deux ventilateurs."

L’efficacité de ce système de ventilateurs n’a pas encore pu être éprouvée. "Il a encore gelé fort la semaine dernière, mais les bourgeons n’étaient pas encore sortis. C’est seulement maintenant qu’ils sortent et donc, comme ces jours-ci sont très cléments, on les a testés bien sûr, mais ils n’ont pas encore fonctionné vraiment.", explique le vigneron calidifontain.

Il précise encore que cette technique est, par exemple, répandue dans les vignobles de la Loire : "Dans le Chablisien et la Champagne, ils utilisent plutôt l’aspersion d’eau, dans d’autres régions, comme la Suisse, ils utilisent plutôt les bougies, mais dans la Loire, il y a plusieurs vignerons qui ont investi dans des ventilateurs."