Cédric Halin, bourgmestre d’Olne : "Certains nous prennent pour des ploucs"

Le bourgmestre d’Olne, Cédric Halin, a poussé un véritable coup de gueule sur les réseaux sociaux. Il en veut aux "pouvoirs supérieurs". Ce bourgmestre, nous l’avons eu au téléphone. Il était passablement remonté et court un peu partout dans sa commune tout en évoquant un manque d’aide sur le terrain.

"Je pense que l’on ne pourra pas faire l’économie d’une analyse de la gestion de cette crise et d’une remise en question profonde du fonctionnement de certains services fédéraux, régionaux et provinciaux. Je n’ai pas peur de le dire : les premiers jours nous avons été snobés/abandonnés par les responsables hiérarchiques des niveaux de pouvoirs supérieurs dont certains nous prennent pour des "ploucs" (ce sont eux les "rois" de la gestion de crise) et font preuve d’une réelle condescendance à notre égard, "petits bourgmestres" ", s’insurge Cédric Halin.

C’était plus que trop tard !

"L’offre de services tardive proposée par les services du Gouverneur a sensiblement compliqué notre gestion des choses car il manquait une réelle coordination, et les renforts proposés, contrairement aux policiers et pompiers locaux, n’ont aucune connaissance de la géographie de notre zone. Et surtout, c’est bien aimable de nous envoyer samedi soir ou dimanche des dizaines de camions de pompiers, protection civile… mais c’était plus que trop tard ! ", ajoute-t-il.

Le bourgmestre d’Olne s’en prend aussi à certains responsables politiques : "Je déteste le populisme mais je constate de plus en plus que nos élites dirigeantes sont déconnectées de la réalité et que le pragmatisme et le "bon sens paysan" semblent cruellement leur faire défaut ".

Les pouvoirs communaux demandent donc à être pris un peu plus au sérieux dans cette crise, étant ceux qui connaissent le mieux la situation sur leur terrain.

Retour sur cette journée de deuil national:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK