C'est l'AgenceTer qui va redessiner l'avenir des sites désertés par ArcelorMittal

C’est le ministre wallon de l’économie qui l’a officiellement annoncé ce vendredi : la reconversion des anciennes usines d’ArcelorMittal vient de franchir une nouvelle étape, avec la désignation d’un bureau d’études, chargé d’une mission de six mois, pour déterminer quelles industries implanter, quelle mobilité promouvoir, quelle biodiversité promouvoir, quelle attractivité privilégier, quelles fonctions prévoir, quelle urbanisation concevoir, dans le cadre d’enjeux locaux, régionaux… et transfrontaliers.

C’est la société AgenceTer qui a été choisie. Elle possède une large expérience internationale, puisqu’elle s’est occupé de divers aménagements dans des métropoles californienne, chinoise, catalane, entre autres. Elle s’est également occupée du contournement sud d’Anvers, de Sainctelettte à Bruxelles.

Cette fois, c’est près de trois cents hectares qui sont concernés : à la fois l’aciérie de Chertal, mais également, sur le territoire sérésien, l’ex-cockerie et les sites des hauts-fourneaux désaffectés. Selon nos informations, aucune entreprise belge n’a rentré de candidature. La complexité du dossier, avec de lourdes dépollutions à prévoir peut-être, et la brièveté des délais impartis, en a vraisemblablement découragé plus d’un.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK