Blegny : une enquête publique pour le site minier

Blegny : une enquête publique pour le site minier
Blegny : une enquête publique pour le site minier - © Tous droits réservés

Une enquête publique est en cours à Blegny, elle concerne le site minier. Il s'agit d'une formalité administrative relativement importante liée la reconnaissance Unesco et pour régler quelques questions pratiques.

L’ancien charbonnage a été reconverti avec succès en un site touristique. Fermé en 1980, il  a été préservé en partie et permet aujourd’hui de découvrir le quotidien des mineurs et l’infrastructure de l’époque.Il fait partie des sites miniers remarquables de Wallonie. Et depuis 2012, il figure au patrimoine mondial de l’Unesco.

Maintenir le site dans le domaine juridique du droit minier

L’enquête en cours va notamment permettre de conserver le site sous l’emprise du droit minier. Ca a l’air technique comme ça mais voici un exemple concret :  pour visiter les lieux, vous empruntez l’ancien élévateur de la mine. Le droit minier permet de conserver cet ascenseur tel quel et non pas de le conformer à la législation drastique des lifts modernes. Il faut donc pouvoir disposer d’un ascenseur sécurisé mais qui soit, aussi, un témoin du passé. Le maintien du site dans le droit minier permet cela (notamment).

Une cession du sous-sol aux pouvoirs publics

L’enquête en cours vise aussi à une cession de terrains à la Région Wallonne. Le site de Blegny Mine et une zone de protection aux alentours seront cédés aux pouvoirs publics. On parle bien là du sous-sol et non de la zone de surface. C’est une cession de l’ancienne société des charbonnages d’Argenteau, en liquidation, vers La Région Wallonne. Cette cession aux pouvoirs public est d’ailleurs une condition indispensable pour la reconnaissance Unesco.

Les riverains concernés par cette zone de protection, précisément ceux qui habitent au dessus de la zone minière, ont préalablement été conviés à une réunion d'information.

L’enquête, elle,  est en cours jusqu’au 30 janvier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK