Blegny: maintien plus que probable de la majorité PS et division autour de la caserne de Saive

La maison communale de Blegny
La maison communale de Blegny - © Google maps

En 2012, le bilan communal à Blegny se révélait particulièrement marqué par la relation très conflictuelle entre le PS, majoritaire absolu depuis la fusion des communes en 1977 et l'ARC, Alliance pour le Renouveau Communal, dans l'opposition dès 2006. Coups bas et travail de sape systématique de l'opposition, dénonçait alors la majorité. Pouvoir sans partage du PS depuis plus de trente ans, rétorquait l'ARC, alors parti phare de l'opposition.

Confusion des genres

L'ARC, du même nom que l'asbl Arc Services, gérant notamment une structure d'accueil pour la petite enfance, des Titres services ou encore des repas à domicile. Pour la majorité, il y a confusion des genres entre le parti politique et l'asbl qui génère quelques 300 emplois. En 2015, l'ARC devient ICDH, nom né de la fusion des deux partis représentés: Intérêts communaux et Centre Démocratique Humaniste. Les tensions semblent alors s'apaiser. Pour Marc Bolland, bourgmestre PS de la commune depuis 2003 (13 sièges) les choses sont devenues plus claires à Blegny. "Une asbl qui s'appelait ARC a cessé de faire de la politique. Une entreprise privée ne fait pas de politique" souligne ce dernier. Serge Ernst, Chef de groupe ICDH ( successeur de Sabine Lejeune en juin 2015) confirme "la bonne évolution des rapports entre majorité et opposition". Des désaccords subsistent toutefois.

Une caserne qui divise

Les désaccords portent essentiellement sur l'important dossier de la caserne de Saive. En 2014, la commune de Blegny rachète celle-ci à la Défense pour 13 millions et demi d'euros. Le montant du remboursement s'élève à 1 million d'euros par an, pendant six ans. Comme l'explique Marc Bolland: " l'enjeu de la caserne de Saive était de ne pas se retrouver avec un Bavière bis, de transformer cette friche industrielle de près de 45 hectares  en un centre de vie et un centre économique". Ainsi, depuis le rachat de la caserne, septante PME (dont l'ALE) et quarante associations se sont installées sur le site, payant une location qui permet une rentrée de 400.000 euros par an à la commune. "Une somme non négligeable qui permet au Collège de ne pas augmenter les taxes" tient à souligner le bourgmestre Marc Bolland, qui aime aussi rappeler au passage que Blegny est la commune la moins taxée de la province de Liège.

Le rachat de la Caserne a été voté à l'unanimité. Du côté de l'opposition, que ce soit l'ICDH (7 sièges) ou le MR (3 sièges) on estime cependant que trop de moyens sont concentrés sur la caserne de Saive. "Le MR a soutenu la volonté de rachat de la caserne, c'est un espace qui profite il est vrai à l'ensemble de la commune" précise Luc Warichet, Chef de groupe MR "mais aujourd'hui ce sont 70 pour cent du budget extraordinaire qui sont consacrés à la caserne de Saive au détriment des autres villages de l'entité de Blegny, que sont Barchon, Housse, Saint-Remy, Trembleur et Mortier". A quoi rétorque Marc Bolland: " Saive et Barchon représentent plus d'un tiers de la population de Blegny. Ce sont les villages les plus importants". Luc Warichet s'inquiète aussi de la gestion immobilière du site de la caserne de Saive. "Trois bâtiments doivent faire l'objet d'une mise en vente pour pouvoir honorer notre dette. L'un d'eux est estimé à 4 millions d'euros. L'ancien stand de tir à environ 1.500.000 euros. Mais comme il s'agit de bâtiments publics, la procédure de mise en vente peut s'étaler sur une période allant de six mois à un an. Les recettes générées par la vente de ces bâtiments sont donc actuellement de zéro euros " explique Luc Warichet. Or, Le 1er janvier 2019, le solde du rachat de la caserne, soit 8,5 millions d'euros, devrait être payé, selon ce qui a été initialement convenu avec la Défense. "Les procédures de vente sont en cours, tout ce qui doit être vendu le sera au plus tard en juin 2019"  répond avec force le bourgmestre Marc Bolland, rappelant que la Défense n'exigera aucun intérêt sur retard de payement et que la négociation d'un délai supplémentaire est tout à fait envisageable. Si l'ICDH  se montre plutôt optimiste quant au dénouement de ce dossier, le MR estime pour sa part que la commune est "au pied du mur".  La tête de liste MR insiste aussi sur l'importance de préserver les 38 hectares d'espaces verts du site. Sur ce point, la majorité rappelle également  sa volonté de développer à Blegny, de manière générale, un tourisme qui correspond au caractère rural de la commune, et cela autour de trois axes: le vélo, la marche et le plaisir équestre. Trois propositions qui valent aussi pour les 38 hectares d'espaces verts du site de la caserne. 

Blegny, bastion socialiste depuis 40 ans

"Il est temps d'ouvrir le jeu". MR et ICDH estiment que quarante ans de majorité PS absolue c'est décidément trop long, qu'il faut pouvoir partager le pouvoir. "Le choix de l'électeur est évidemment primordial, c'est lui qui doit nous permettre de travailler ensemble" explique Serge Ernst tête de liste ICDH. Le bourgmestre Marc Bolland, candidat à sa propre succession reconnait que le type de scrutin est très manichéen et qu'il est peu paraître un peu dépassé. "Mais on n'achète pas l'opposition, on ouvre le jeu sur un vrai projet, sur la qualité et la disponibilité des partenaires" tient encore à préciser Marc Bolland, un candidat bourgmestre très confiant quant aux résultats du scrutin du 14 octobre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK