BioWanze: demain, une mousse à raser produite à partir de son de blé

BioWanze: demain, une mousse à raser produite à partir de son de blé
BioWanze: demain, une mousse à raser produite à partir de son de blé - © Tous droits réservés

Transformer le son de blé en produit moussant... C'est le projet interrégional européen auquel participe la société Bio-Wanze. La société de biocarburant produit du bioéthanol. Elle utilise notamment comme matières premières, des tonnes de blé. André Tonneaux, directeur de BioWanze: "Le son de blé, c'est l'écorce externe du grain de blé. BioWanze consomme 750 000 tonnes de blé par an et donc produit 150 000 tonnes de son de blé par an. Actuellement, le son de blé remplace le gaz naturel et est incinéré dans une chaudière bio-masse. L'idée, c'est de remplacer le son de blé par des végétaux issus de l'agriculture locale. Le son de blé qui ne sera pas incinéré sera transformé."  Une manière pour l'entreprise de se diversifier. 

 Une molécule moussante moins toxique et plus respectueuse de l'environnement

Dans le nord de la France, en Wallonie et en Flandre le projet Interreg Valbran espère mettre au point d'ici quatre ans, des tensio-actifs naturels, ces molécules qui produisent de la mousse notamment pour les détergents. Caroline Rémond est professeur de biotechnologie à l'Université de Reims: "le son de blé est utilisé comme combustible ou en alimentation animale. L'idée, c'est de trouver d'autres débouchés à haute valeur ajoutée. Dans le projet Valbran, on veut produire des tensio-actifs à partir du son de blé. Et on utilise des enzymes, un procédé respectueux de l'environnement."

Des tensio-actifs naturels pour la cosmétique, les produits détergents... 

Beaucoup de tensio-actifs sont produits chimiquement à base de pétrole. Ils sont présents dans de nombreux produits utilisés au quotidien: cosmétiques, savons, mousses à raser, produits de lessive... "Demain, en utilisant votre mousse à raser produite à partir de tensio-actifs à base de son de blé, vous ne verrez pas la différence. Par contre, sa toxicité et son impact environnemental sera beaucoup plus limité." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK