Bernard Wesphael comparaît ce mardi en chambre des mises en accusation

L'ex-député wallon demande à être jugé en français
L'ex-député wallon demande à être jugé en français - © Tous droits réservés

Ce mardi, le dossier Wesphael devrait franchir une nouvelle étape: la chambre des mises en accusation de Gand devrait décider de renvoyer l'ancien député wallon en cour d'assises pour le meurtre de son épouse. L'interessé devrait comparaître personnellement, pour demander, comme la loi le prévoit, à ce que la procédure soit désormais menée en français

Homicide par suffocation, ou intoxication alcoolo-médicamenteuse? Le mystère de la chambre 602 reste entier. C'est au sixième étage d'un hôtel ostendais que l'épouse de l'ex-parlementaire a été retrouvée morte, à l'automne 2013. Le mystère reste entier, mais les indices suffisent à la tenue d'un procès d'assises, non plus pour assassinat, comme libellé sur le premier mandat d'arrêt, mais pour meurtre. La décision de la chambre des mises en accusation ne fait donc guère de doute.

C'est dès lors essentiellement d'une audience technique qu'il s'agit, ce mardi midi, devant les trois magistrats gantois. L'ancien député wallon devrait cependant comparaître personnellement, puisqu'il souhaite solliciter un changement linguistique, il souhaite demander à être jugé en français. C'est prévu par la loi. Une année, au moins devrait s'écouler, encore, avant qu'un verdict ne tranche entre les certitudes de l’accusation, et les dénégations et contre-expertises de la défense...

Michel Gretry

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK