Bernard Wesphael annonce son retour en politique

Bernard Wesphael annonce son retour en politique
Bernard Wesphael annonce son retour en politique - © ERIC LALMAND - BELGA

A 61 ans, l'ex-député wallon, ancienne figure emblématique et membre fondateur d’Écolo, relance son mouvement pour la démocratie et la citoyenneté.

Acquitté au bénéfice du doute pour l'assassinat de son épouse, Bernard Wesphael avait pourtant dit qu'il raccrochait avec la politique. Comme le précise nos confrères de la DH, la crise du Covid-19 lui a fait changer d'avis. Entretien avec Bernard Wesphael sur son retour en politique.

Qu'est-ce qui vous motive aujourd'hui à vouloir vous relancer dans l'arène politique alors que vous aviez décidé de raccrocher?

Bernard Wesphael: "C'est assez simple en réalité. Après ce Covid-19, je pense que chaque citoyen a l'obligation de bouger. J'ai quatre enfants, et je me suis dit que moi aussi, j'avais une responsabilité pour leur avenir. J'ai donc décidé de reprendre une action à caractère politique dès l'instant où j'ai une expérience et que je peux probablement apporter un certain nombre d'idées et de projets dans le débat public, après la crise que nous traversons".

Vous aviez lancé un mouvement pour la démocratie et la citoyenneté. C'est à travers ce mouvement que vous décidez de vous relancer en politique?

B. W.: "C'est exactement cela. J'ai lancé le mouvement en 2017, mais j'avais levé le pied. Après une série de sollicitations -très nombreuses d'ailleurs- sur les réseaux sociaux, et après avoir moi-même posté un certain nombre d'avis politiques, je pense que c'est le moment de reprendre une capacité d'actions en faveur d'un changement radical de modèle de société. Je pense que seul, je ne vais pas y arriver, bien entendu, mais entouré des bonnes personnes, et aux côtés des mouvements citoyens qui vont naître à mon avis, le moment est propice pour tout le monde pour essayer d'apporter une plus-value et un changement assez radical à ce modèle de développement".

Vous avez été une des figures emblématiques du mouvement Écolo, où vous situez-vous aujourd'hui sur l'échiquier politique?

B. W.: "Moi je pense qu'aujourd'hui, ce que les gens attendent, ce n'est pas tellement un clivage traditionnel, mais ce sont plutôt des propositions concrètes pour sortir par le haut de cette crise, tant sur le plan social, sanitaire, écologique que sur le plan démocratique en particulier puisqu'on a bien vu qu'aujourd'hui, dans le débat public, les gens ont été largement écartés de toute décision. La question gauche/droite est donc finalement assez secondaire même si je reste forcément un homme de gauche et ancré à gauche, mais j'ai envie vraiment d'apporter une réponse transversale avec d'autres sur les sujets de société qui nous préoccupent et qui vont être d'actualité à la sortie de cette crise".

Avec tout ce qui s'est passé, avec l'actualité judiciaire qui vous a concernée, est-ce que vous estimez toujours être crédible et fédérateur?

B. W.: "En tout cas, les gens que je rencontre partout me saluent bien cordialement et ont de la bienveillance. Il y aura toujours des gens qui douteront évidemment, mais je rappelle que j'ai été acquitté deux fois et puis une nouvelle décision vient de tomber en ce qui concerne un certain nombre de droits que je réclamais. Au bout du compte, il y a donc deux solutions: soit on est en démocratie et on croit à l'état de droit et à la vérité judiciaire, soit on est en dictature et on continue derrière son écran à cracher sur tout le monde comme certains le font aujourd'hui. Je m'en fiche donc un peu de savoir s'il y a encore des gens qui me pensent coupable ou pas. Les décisions judiciaires sont tombées, et c'est ainsi".

Au niveau politique, est-ce que certains vous ont déjà manifesté leur soutien?

B. W.: "Je n'ai pas encore vu les réactions. Nous verrons dans le courant de cette journée. Mais en tout état de cause, je ne cherche pas forcément des appuis à gauche ou à droite sur le plan politique. Je cherche surtout à mobiliser des gens autour d'un projet novateur qui est déjà en grande partie rédigé".

Comment va s'organiser votre retour politique?

B. W.: "Je vais organiser un certain nombre de réunions avec toutes les personnes dont j'ai relevé les coordonnées pour lancer cette dynamique. Bien entendu, je vais devoir attendre la fin du confinement puisqu'on ne peut pas se réunir, ce sera donc probablement au mois de septembre, mais toutes ces personnes qui ont marqué leur soutien et leur volonté que je redémarre une action seront en priorité invitées autour de la table".

Archives : Journal télévisé du 08/01/2017