Baelen: un propriétaire de jardin "Natagora" condamné pour manque d'entretien

Des plantes typiques des terrains vagues grimpent à deux mètres devant la maison.
Des plantes typiques des terrains vagues grimpent à deux mètres devant la maison. - © RTBF

Jacques Moise habite Baelen et son jardin est reconnu (labellisé) par l'association environnementale Natagora. Il vient pourtant de se voir infliger une amende de 350 euros pour manque d'entretien de ce jardin où il laisse faire la nature. Et c'est cela qui pose justement problème. Ceci dit, la querelle ressemble surtout à un conflit de voisinage

Des plantes typiques des terrains vagues grimpent à deux mètres devant la maison. Natagora reconnaît ce jardin comme "naturel". Son propriétaire, lui, écope d'une amende pour défaut d'entretien. "Sous prétexte d’une gestion écologique, il ne fauche pas sa parcelle et n’entretient pas ses haies, explique Maurice Fyon, le bourgmestre. Or, c’est prévu dans les prescriptions du permis de lotir (…) Il y a aussi un autre problème: ses nombreux coqs. Il y a du tapage diurne".

Parce que ses coqs chantent toute la journée, expose le dossier. Et toute la nuit. Un PV judiciaire a été dressé pour tapage nocturne.

Les voisins se plaignent de l'état du terrain, mais aussi de son propriétaire. Il les dénonce, racontent-ils, il les filme, il les photographie, il les enguirlande quand leur comportement n'est pas assez écologique pour lui. Et dans son jardin, le compost semble avoir attiré des rats.

"La présence de rats, c’est un phénomène assez fréquent dès qu’il y a un compost ou un petit élevage, par exemple. Mais cela ne nécessite pas une condamnation pour autant. Je crois que la commune doit garder la tête froide et ne doit pas prendre parti dans une histoire de voisinage", nous répond de son côté le coordinateur de Natagora, Jean-Philippe Demonty.

Natagora craint un précédent. Le Baelenois, propriétaire de ce jardin dit "naturel", peut encore contester son amende de 350 euros. Précisons enfin qu’il n’a pas souhaité s’exprimer devant nos micros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK