Avec près de 80 planches originales, l'hommage de l'abbaye de Stavelot à Didier Comès

Avec près de 80 planches originales, l'hommage de l'abbaye de Stavelot à Didier Comès
Avec près de 80 planches originales, l'hommage de l'abbaye de Stavelot à Didier Comès - © DR

Les amateurs de (bonne) bande dessinée ne seront pas déçus lors de leur visite de la nouvelle exposition temporaire de l'abbaye de Stavelot consacrée à l'oeuvre du dessinateur Didier Comès, disparu en 2013. Pour cette exposition qui durera 13 mois (!), l'équipe de l'abbaye s'est surpassée pour proposer une formidable plongée dans l'univers ésotérique d'un dessinateur passé maître dans le dessin en noir et blanc et aux thématiques éclectiques.

Le nom de l'exposition "Comès, l'encrage ardennais" est en soi déjà un double message: l'encrage - avec donc un "e" en son début - rappelle le talent de Comès lorsqu'il couchait sur le papier ses formidables aplats à l'encre de Chine façon Hugo Pratt dont il était l'élève et l'ami. Ardennais parce que Comès est né en 1942 à Sourbrodt, aux portes des Hautes Fagnes qui l'ont tant inspiré tout au long de son œuvre par leur beauté naturelle et les animaux qu'elles abritent.

Fondation Roi Baudouin et musée Piconrue

Cette exposition est née sur une idée du directeur de l'abbaye de Stavelot Virgile Gauthier, lui même passionné de bande dessinée, qui a côtoyé l'artiste durant de nombreuses années. "Rendre hommage au dessinateur ardennais allait de soi," explique Virgile Gauthier, "tant son crayon a fait honneur à sa belle région tout en exploitant les thématiques qui lui étaient chères. Il a fallu toutefois obtenir l'accord de la Fondation Roi Baudouin, récipiendaire et garante de l’œuvre de Comès après son décès, et du Musée en Piconrue de Bastogne chargé par la Fondation de gérer et promouvoir le fonds artistique." Devenue partenaire privilégiée le temps de l'exposition, l'abbaye de Stavelot a pu ainsi accrocher à ses cimaises près de 80 planches originales de Comès, placées sous verre et admirablement mises en évidence par la scénographe attitrée de l'abbaye, Muriel Denis; c'est du reste un travail en équipe de près de trois mois qui a permis d'aboutir à une exposition en tout point remarquable dans son fond et sa forme.

Les thématiques de Comès

Didier Comès n'était pas un artiste comme les autres. Si son attrait pour la nature et les animaux lui ont servi de décor durant une bonne partie de son œuvre, il ne manquait cependant pas une occasion de faire transparaître au travers de ses planches des thèmes sociétaux qui l'ont marqué; au détour de ses albums, Comès s'est attardé aux légendes, sorcelleries et autres croyances qui animaient jadis l'Ardenne, tout comme il ne cachait pas au fil de certaines planches, son anticléricalisme, son souci de mettre en évidence les marginaux de la société mais aussi l'absurdité de la guerre, lui qui naquit en plein conflit mondial dans une commune des Cantons de l'Est rattachée au IIIème Reich jusqu'à sa libération, autant d'années où son prénom fut Dieter avant de se franciser. L'exposition est d'ailleurs présentée par thème, dans la chapelle de l'abbaye ainsi qu'au 2ème étage du vénérable édifice culturel. On y retrouve des planches d’œuvres célèbres comme "Silence" (1979) qui a véritablement consacré Comès et signifié aussi son passage de la BD en couleurs au noir et blanc, mais aussi "la Belette", "Eva", "Iris", "l'arbre-coeur" et "la Maison où rêvent les arbres".

Très habilement, l'abbaye de Stavelot a apporté sa griffe par une décoration de type "nature", ou encore par des fresques de grand format, mais en exposant aussi des objets comme des marionnettes ayant appartenu au dessinateur. Une vidéo permet de revoir Comès dans son atelier, et une projection dans une mini-salle de cinéma résume l’œuvre de l'artiste. Le tout dans un double espace aéré où règnent tout naturellement le noir et le blanc...

En bref: "Comès: l'encrage ardennais", une exposition à l'abbaye de Stavelot, ouverte jusqu'au 5 janvier 2020, tous les jours de 10 à 18h. Visites guidées sur réservation. Infos: abbayedestavelot.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK