Au salon indonésien de l'armement, les canons CMI en vedette sur le char "Harimau"

Un gros calibre sur un char "moyen", une spécialité des tourelles Cockerill
2 images
Un gros calibre sur un char "moyen", une spécialité des tourelles Cockerill - © Pindad/Indodefence/Michel Gretry

"Harimau", en malais indonésien, désigne le tigre. C'est le dernier bijou de l'armée de l'archipel, confrontée à une multitude de mouvements rebelles autonomistes ou séparatistes. "Harimau", c'est le nom d'un blindé moyen, fabriqué localement, sur la base d'un chassis de char d'assaut turc, et... équipé de tourelles liégeoises.

Il est actuellement l'objet de toutes les attentions, au salon de l'armement de Jakarta: des chaines de télévision internationale lui consacre des reportages. Les militaires de partout dans le sud-est asiatique le regardent avec intérêt. C'est un matériel qui, après quatre années d'études, est enfin prèt à entrer dans sa phase de production en grandes séries: voici deux mois, les tirs de démonstration ont été couronnés de succès.

A ce stade, il reste difficile, pour la société sérésienne CMI, de prévoir jusqu'à quel point le "Harimau" peut contribuer à garnir le carnet de commandes.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK