Au procès Intradel, la défense souligne la partialité du juge d'instruction

Le tribunal correctionnel de Liège a repris le procès pour corruptions autour de l'incinrateur de l'intercommunal de traitement des déchets
Le tribunal correctionnel de Liège a repris le procès pour corruptions autour de l'incinrateur de l'intercommunal de traitement des déchets - © Michel Gretry

Le tribunal correctionnel poursuit le procès de l'épais dossier de faux en écriture, de trafic d'influence et d'escroquerie, autour de la construction d'un incinérateur à ordures ménagères pour l'intercommunale Intradel. . Comme ils sont une vingtaine de prévenus, les débats prennent... un certain temps. Ce mardi, les plaidoiries de la défense ont commencé, par deux demandes d'acquittement, au nom de deux des lobbyistes incriminés, pour cause d'irrecevabilité des poursuites.

Le rôle du juge d'instruction, accusé d'avoir mené une enquête exclusivement à charge, ou du moins très orientée, a été mis en cause. De même que ses liens très étroits avec l'expert-comptable qu'il a désigné, qui ne présente pas toutes les garanties d'honorabilité. Le rôle de cet homme a déjà été épinglé, dans d'autres affaires, et même au parlement à cause du montant de ses émoluments. Faute de pouvoir l'entendre puisqu'il est en fuite à la frontière cambodgeo-thailandaise, il a été sollicité que tous ses rapports soient écartés.

Autres arguments invoqués: le dépassement du délai raisonnable, ou encore l'absence de preuve d'une quelconque corruption. Par la voix de leurs conseils respectifs, les deux intermédiaires ont affirmé qu'ils ont effectivement fourni des prestations en rapport avec les commissions qu'ils ont perçues, et qu'ils ont apporté une plus-value au projet.

Nouvelle audience ce mercredi.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK