Assises de Liège: les grands-parents maternels des deux enfants victimes d'Eddy Michel témoignent

Assises de Liège: les grands-parents maternels des deux enfants victimes d'Eddy Michel témoignent
Assises de Liège: les grands-parents maternels des deux enfants victimes d'Eddy Michel témoignent - © ERIC LALMAND - BELGA

Les grands-parents maternels des deux enfants victimes d'Eddy Michel ont été entendus jeudi matin devant la cour d'assises de Liège. Les parents de Madeleine Bosly, l'ex-compagne de l'accusé, ont décrit l'arrivée de ces enfants dans leur famille comme un rayon de soleil. "Ces enfants ont été arrachés à ma fille avec une sauvagerie inouïe", a commenté leur grand-père.

Le grand-père maternel de Timothé (4 ans) et Jules (6 ans) a fait part du soulagement qu'il ressent depuis l'ouverture du procès et a exprimé son ressenti à propos de l'accusé. "Il a détruit ce qu'il a fait de plus beau dans la vie. J'ai pu constater que son bilan est proche de zéro. C'est un individu pitoyable, quelqu'un qui a balbutié des explications de lâche depuis le début du procès", a commenté le grand-père des victimes.

La naissance de Jules, le premier enfant de Madeleine Bosly, a été ressentie comme un bonheur intense dans la famille Bosly. "Cet enfant était parfait. Il a été la lumière alors que notre couple traversait une période sombre. Il a été le centre de notre famille et le moteur de nos préoccupations. C'était notre descendance et nous avons entretenu une complicité inouïe lorsqu'il nous était confié à la garde", a expliqué le grand-père.

La naissance de Timothé a produit le même effet sur la famille. "Il est venu confirmer un bonheur inestimable qui révèle la joie de vivre. Avec ses enfants, notre fille Madeleine était une mère épanouie et heureuse. Mais Eddy Michel, avec son caractère intransigeant, ne pouvait pas accepter qu'elle soit une mère, si ce n'est selon ses principes archaïques", a ajouté le grand-père.

Selon les grands-parents, l'accusé a commis un acte odieux. "Nous avons consacré notre vie à nos enfants et à nos petits-enfants. Par un acte odieux, il a nié le sens de notre existence. Il a détruit ce qui est intouchable. Nous avons un sentiment vertigineux d'impuissance face à la douleur de notre fille. Madeleine hurle après ses petits qui lui ont été arrachés avec une sauvagerie inouïe", a ajouté le témoin.

La grand-mère des enfants a peu parlé lors de son témoignage mais elle a rappelé l'importance des moments vécus avec ses petits-enfants. "Un de mes bonheurs était leur mise au lit. Ils adoraient la lecture d'histoires", a-t-elle indiqué

Le grand-père s'est ensuite adressé aux jurés. "Protégez ma fille, je vous en supplie!", a-t-il lancé.

"Cette intervention dépassait ce qu'on voit habituellement" expliquent les services de secours

Plus tôt dans la journée, les différents intervenants des services de secours ont également été entendus. Les médecins urgentistes intervenus sur les lieux des faits ont été impressionnés par le côté inhabituel de cette intervention.

Ce sont des policiers du PAB (peloton anti-banditisme) qui sont intervenus en premier en compagnie de deux policiers patrouilleurs. A leur arrivée, le grand-père des enfants était sur le seuil de l'habitation et semblait abattu psychologiquement. L'intervention du PAB a permis de sécuriser les lieux, les services de police pensant à cet instant que l'auteur des faits était toujours à l'intérieur de la maison.

Ces policiers ont également confirmé avoir participé aux premières manœuvres de réanimation posées sur les enfants. "En 17 ans dans la police, c'est la scène la plus affreuse que j'ai eue à vivre", a précisé un policier. Un autre policier a confirmé qu'Eddy Michel avait pris la fuite après les faits. Il avait été intercepté alors qu'il se trouvait sur l'échangeur de Vottem vers 9h20.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK