ArcelorMittal: un Suédois et un Américain parmi les 4 candidats repreneurs des sites liégeois

A Liège, un groupe suédois et un groupe américain seraient aussi candidats au rachat des usines liégeoises mises en vente par ArcelorMittal. On le sait, le groupe sidérurgique doit se séparer de deux lignes de galvanisation à Flémalle et de l'usine de fer blanc de Tilleur. Sans compter aussi son site luxembourgeois de Dudelange. Cette vente est une condition négociée avec l'Europe pour qu'elle autorise le géant de l'acier indien à racheter son concurrent italien Ilva. Deux candidats repreneurs des outils liégeois étaient déjà connus: le russe  NLMK et l'allemand Salzgitter. Ils sont désormais 4 à envisager de racheter les 3 unités de production liégeoises.

Le sidérurgiste suédois SSAB et la société Summa International Holding intéressés

Parmi les deux nouveaux candidats, figure le suédois SSAB. Le groupe sidérurgique nordique n'est pas un inconnu en bord de Meuse. Ce producteur d'acier figurait déjà il y a 6 ans dans le rapport Syndex, ce rapport commandé par le gouvernement wallon pour envisager des pistes de relance de la sidérurgie liégeoise. A l'époque, l'exemple du sidérurgiste scandinave à l'actionnariat public avait été cité en modèle. Il emploie environ 15 000 personnes avec un chiffre d'affaires d'environ 55 milliards d'euros en 2016. L'autre candidat est moins connu. il s'agit d'une société américaine baptisée Summa International Holding.

Une manière de se débarrasser de sites liégeois pour ArcelorMittal?

Côté syndical, la CSC  a rencontré récemment la direction de la concurrence de la Commission européenne. Le syndicat craint que cette vente des sites liégeois soit une manière pour ArcelorMittal, de s'en débarrasser à peu de frais. Une crainte partagée depuis le début par la FGTB. Les syndicats dénoncent le manque de transparence du sidérurgiste indien et exigent que le futur repreneur garantisse l'emploi et le futur industriel de la sidérurgie liégeoise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK