ArcelorMittal: trois candidats en lice pour le rachat des sites liégeois

C’est aujourd’hui la dernière limite. Les candidats à la reprise des sites liégeois d’ArcelorMittal avaient jusqu’à ce lundi pour se manifester. Le plus important producteur d’acier au monde se sépare de plusieurs unités de production liégeoises ; une obligation pour se conformer aux règles européennes en matière de concurrence. Deux lignes de galvanisation sur le site de Flémalle et l’usine de fer blanc de Tilleur, FERBLATIL, sont concernés. Trois candidats seraient intéressés.

Il y a d’abord le groupe russe NLMK, déjà bien connu en Belgique puisqu'il est déjà implanté à La Louvière, Manage ou Clabecq. Viennent ensuite, un allemand Salzgitter et enfin un suédois S.S.A.B. Le groupe américain Summa avait un temps été évoqué comme autre candidat repreneur. Il aurait finalement décidé de se retirer.

En région liégeoise, quelque 770 travailleurs sont concernés par cette revente. Ils devraient pouvoir conserver leur convention collective et leurs conditions de travail actuelles.

Si le groupe ArcelorMittal doit se séparer de ces utilités liégeoises, c’est pour se mettre en conformité avec les règles européennes car le géant de l’acier veut racheter le sidérurgiste italien ILVA.  Problème : il se retrouverait alors en position trop largement dominante sur le marché européen. C'est interdit par les règles européennes car le groupe serait alors en mesure de gonfler les prix. C’est pourquoi, il se sépare aujourd’hui de plusieurs sites en Europe.

Le repreneur devrait être désigné d'ici la fin du mois de juillet. C'est rapide car la passation doit se faire avant la fin de l'année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK