ArcelorMittal: faut-il demander un délai à l'Europe pour la vente des sites liégeois?

Les syndicats d'ArcelorMittal ont rencontré lundi matin le ministre wallon de l'économie Pierre-Yves Jeholet. Au menu: la décision du groupe sidérurgique indien de vendre une parties de ses lignes de production liégeoise. On sait que Mittal veut acheter le groupe italien Ilva. Un achat qui mettrait le groupe sidérurgique en position dominante en matière de concurrence pour la Commission européenne. D'où la décision de Mittal de vendre plusieurs lignes de production à Flémalle et à Tilleur.

Selon les syndicats, le groupe sidérurgique russe NLMK a marqué son intérêt

Environ 500 travailleurs sont concernés. Selon les syndicats, Les Russes du groupe NLMK ont déjà marqué un intérêt. Notamment en se renseignant sur les conditions de cession des 3 lignes qu'ils ont visitées et sur leurs obligations en cas de rachat. La position de la Commission européenne sera connue le 23 mai. 

Pour la FGTB, la Région doit demander à l'Europe de postposer la date du 23 mai

Pour la FGTB,  la sidérurgie liégeoise constitue un ensemble industriel cohérent. Et la vente des deux lignes de galvanisation et du site de Tilleur risque de fragiliser le tout. Vincent Napolitano président du Setca chez Arcelor Mittal: "c'est tout ce que nous avons pu conserver de la dernière restructuration notamment de la fermeture du chaud. C'est un ensemble interconnecté. Les lignes sont complémentaires. Il faut regarder les choses de manière plus approfondie, pas dans l'empressement." La FGTB refuse la date butoir du 23 mai. "Nous demandons à la Région de demander à la Commission européenne de postposer la date du 23 pour lui permettre d'analyser avec ArcelorMittal, l'ensemble des outils liégeois et l'avenir de leur activité industrielle." 

Pour la CSC, il faut une réunion tripartite pour préparer rapidement la vente

Pour la CSC, l'Europe ne changera pas son timing. Jordan Atanasov de la CSC Metal,  demandent plutôt "une rencontre entre syndicats, Région wallonne et Mittal avant le 23 mai pour préparer la vente des sites." La CSC veut notamment des garanties sur le maintien des emplois et sur les investissements industriels. Le ministre Jeholet abordera le dossier mardi en commission économie du Parlement wallon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK