Anthisnes: la récolte des pastèques particulièrement fructueuse cet été

Anthisnes: la récolte des pastèques particulièrement fructueuse cet été
Anthisnes: la récolte des pastèques particulièrement fructueuse cet été - © Belga

La pastèque, qu'on cultive généralement dans le Sud, a trouvé des terres de culture en Wallonie. Un maraîcher d’Anthisnes s’est lancé il y a quelques années dans la production de ce cucurbitacée. Et cet été, la récolte a été particulièrement fructueuse.

Une belle pastèque sonne sourd

En cette fin de saison, c’est le moment du bilan. Verdict: aujourd’hui, les pastèques sans les cigales, c’est possible. Nous avons rencontré Laurent Born dans ses plantations: "Une belle pastèque, quand on la tapote sur le cul, elle sonne sourd et donc ça veut dire qu'elle est bien pleine et qu'elle est bien juteuse, bien gorgée" explique-t-il. "Quand une pastèque sonne creux, ça veut dire qu'elle n'est pas mûre".

Laurent Born, du jardin d'Antan, s'est lancé dans la culture des pastèques il y a trois ans. Une expérimentation qui n'en n'est plus vraiment une aujourd’hui. Avec ce bon millier de pastèques récoltées et vendues cette année. Un effet du réchauffement climatique et d'un été particulièrement propice, comme le souligne le maraîcher: "Vu les températures et les conditions climatiques qu'on voit évoluer chaque année, on peut essayer des choses un peu plus incongrues. Le melon, ça fait une dizaine d'années que j'en cultive et ça marche relativement bien. Et puis après, pourquoi pas la pastèque".

Meilleures que celles qui viennent du Sud

Les pastèques sont cultivées dans un tunnel, sous une bâche donc, à l'abri de la pluie. Et pour Laurent Born, les pastèques belges n'ont pas à rougir devant leurs cousines du Sud: "Alors soyons clairs, une pastèque achetée ici en Belgique, qui vient du sud de la France ou d'Espagne ou de la Méditerranée, je pense que les miennes sont meilleures. Maintenant, évidemment, quand on va en manger une chez un petit producteur là-bas, dans le sud de l'Espagne, c'est meilleur. Et puis peut-être aussi les conditions dans lesquelles on les mange font que ça nous parait meilleur".

Le maraîcher compte en tout cas poursuivre sur sa lancée. L'an prochain encore, si la météo le veut bien, il y aura des pastèques à Anthisnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK