Ans : la Croix Rouge aménage un nouveau centre d'accueil pour demandeurs d'asile

Visite des lieux en compagnie du futur directeur du centre (à droite) pour affiner la liste des travaux à réaliser
Visite des lieux en compagnie du futur directeur du centre (à droite) pour affiner la liste des travaux à réaliser - © RTBF - Martial Giot

La Croix Rouge va ouvrir un nouveau centre pour demandeurs d’asiles dans d’anciens bâtiments du Collège Saint-François d’Assise, rue Walthère Jamar à Ans. Les premiers réfugiés doivent y être accueillis à partir du 20 janvier. Malgré les récentes ouvertures de centres, les places manquent.

19 personnes travailleront au nouveau centre d’accueil d’Ans. Elles sont actuellement en formation. Sur place, il faut aménager les anciens locaux scolaires.

"Nous allons accueillir jusqu’à 140 résidents.", explique Marie Polard, la responsable communication du département accueil des demandeurs d’asile de la Croix Rouge, "Ce sont des personnes qui viennent principalement d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie, un peu du Salvador, d’Erythrée, de Guinée également. Ce centre restera ouvert tant qu’on aura des besoins en termes de places d’accueil." Olivier Peeters, le futur directeur du centre ajoute : "Ce sont des personnes qui sont en séjour légal en Belgique et qui ont introduit une demande d’asile auprès de la Belgique." "Actuellement est distribué un toutes-boîtes informatif qui explique notre démarche à la Croix Rouge dans le cadre de l’accueil des personnes en demande d’asile et bien entendu les personnes seront invitées, si elles le souhaitent, à venir poser des questions.", précise encore Marie Polard.

Côté travaux, Olivier Peeters explique qu’il s’agit de : "Mettre aux normes de sécurité le bâtiment, avoir des infrastructures qui permettent d’héberger les demandeurs d’asiles, de les nourrir, dans les meilleures conditions possible. Egalement de prévoir quelques espaces communs, des espaces cafétéria." "Notre objectif prioritaire, c’est d’éviter que des personnes ne se retrouvent à la rue du fait de cette situation de besoin de places.", ajoute Marie Polard, "De ce fait, on doit activer rapidement la mise aux normes du bâtiment pour accueillir au plus vite. Tous les abords du bâtiment sont aussi à réviser."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK