André Denis et Jean-Marie Happart réclament leur acquittement

André Denis et Jean-Marie Happart réclament leur acquittement
André Denis et Jean-Marie Happart réclament leur acquittement - © Tous droits réservés

Le député provincial André Denis, l'ex-président de l'intercommunale du Circuit de Spa-Francorchamps Jean-Marie Happart et deux autres prévenus ont réclamé jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège leur acquittement. Ils répondent de préventions de faux, de non-respect des procédures en matière de marchés publics et d'infraction environnementale. Le parquet a sollicité la suspension du prononcé à l'égard de trois de ces prévenus.

Les faits reprochés aux quatre prévenus auraient été commis en 2006 dans le cadre de la rénovation du circuit de Spa-Francorchamps pour le retour annoncé de la F1 en 2007. Bernie Ecclestone avait exigé que d'importants travaux soient effectués sur le site du circuit pour un montant de 19 millions d'euros.Dans le cadre de la réalisation de ces travaux, le gouvernement wallon avait passé trois marchés publics mais certaines sociétés se seraient senties écartées tandis que les procédures en matière de marchés publics n'auraient pas été respectées lors de travaux complémentaires. Une infraction environnementale aurait été commise lors d'un remblai lors de la construction d'un hôtel au virage de "la source".La société qui se dit préjudiciée a réclamé un montant de 10 pc de la valeur du marché en évoquant un système qui avait été mis en place pour favoriser une entreprise en dehors de la procédure d'appel d'offre publique. En raison du dépassement du délai raisonnable, le parquet a requis des suspensions du prononcé contre Jean-Marie Happart, contre André Denis et contre Jean L. L'acquittement de Pierre A. a été proposé.Le ministère public a estimé que trois prévenus ont commis les faits dans le cadre de leurs fonctions et de leurs responsabilité au sein de l'intercommunale du circuit. "Ils devaient plaire aux politiques et, sans l'organisation du Grand-Prix en 2007, leurs mandats n'auraient pas été renouvelés", a indiqué le substitut.Les avocats des prévenus ont tous sollicité l'acquittement, en soutenant que c'est le Gouvernement wallon qui avait procédé à toutes les décisions. "L'intercommunale du circuit n'a rien fait sans l'aval du Gouvernement wallon et les prévenus n'ont fait que signer des décisions prises par le conseil d'administration de l'ISF", ont plaidé les avocats.Des répliques auront lieu le 28 mars.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK