Aménagements en ville pour les cyclistes et les piétons : il faudra du temps

Une exemple d'aménagement possible. D'autres seront plus sécurisés encore.
Une exemple d'aménagement possible. D'autres seront plus sécurisés encore. - © Tous droits réservés

Avec le déconfinement se pose dans les villes la question de la mobilité respectueuse de la distanciation sociale. Dans les transports en commun, le nombre de places est limité et pourrait continuer à l’être durant des semaines. La tentation peut donc être grande d’utiliser plus encore sa voiture. Au détriment du vélo ou de la marche, une solution qui pourrait être favorisée en ville par des aménagements. Liège et Verviers notamment y pensent et en sont à l’étude concrète des aménagements nécessaires. Mais cela ne sera pas opérationnel dans les jours qui viennent.

L’idée avait notamment été lancée par Urbagora, un groupe qui s’est donné pour mission d’être un lieu de débat sur les questions urbaines. L’appel a notamment été entendu par Liège et Verviers. Des plans d’aménagement y ont été dressés pour permettre de sécuriser des voies cyclistes ou piétonnes, notamment en rétrécissant les voies de circulation sur certaines routes, voire en soustrayant l’une ou l’autre voie à la circulation automobile.

Mais si les aménagements sont assez simples à réaliser, il faut obtenir divers avis et autorisations : l’avis de la police, l’autorisation de la Région wallonne et du Collège communal. Bref, cela prendra encore un peu de temps.

Des mesures qui réjouissent en tout cas le Gracq, le groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens, qui appelle même à ce que ces aménagements deviennent durables : " Ça nous semble effectivement une bonne chose, maintenant il faudra voir sur le long terme comment cela pourra être pérennisé car si c’est vrai que ce sont des mesures qui sont mises en place pour deux ou trois mois et que du jour au lendemain on les enlève, ce serait un retour en arrière pour nous qui serait dommageable ", explique Rémi Gueuning, responsable du Gracq de Verviers.

Pour lui, Verviers notamment a besoin de tels aménagements : " Pas plus tard que ce jeudi midi, j’ai failli me faire renverser par une voiture alors que j’étais à vélo ", affirme-t-il. Quant à d’éventuelles réactions de mauvaise humeur de la part d’automobilistes privés d’une bande de circulation, il évoque un problème de communication : " Il y a peut-être un souci au niveau de la communication. J’ai l’impression que les gens entendent que les voitures ne seront plus les bienvenues en ville, or ce n’est pas du tout l’objet de ces démarches. Ici on est vraiment dans une idée d’éviter que les gens aient pour premier réflexe de prendre la voiture parce que les bus ont une capacité moins grande. On essaie d’encourager l’usage du vélo ", détaille-t-il.

A Liège, une première mesure, le placement de matériel de stationnement de vélo, pourrait intervenir d’ici quelques jours. Le reste de l’aménagement des 35 km de voiries potentiellement aménageables ne se fera que progressivement avec l’objectif d’aboutir au plus tard pour la rentrée de septembre.

A Verviers, diverses voiries ont été identifiées et leur aménagement ne pourra pas débuter avant une quinzaine de jours.

Archives : Journal télévisé du 06/05/2020