Amay: la maison de repos "L'Estérel" a été acquittée

La maison de repos "L'Estérel"
La maison de repos "L'Estérel" - © Google maps

Poursuivie pour coups et blessures involontaires sur une résidente, une maison de repos d'Amay, l’Estérel, a été acquittée ce mercredi par le tribunal correctionnel de Huy.

Les faits remontent à janvier 2013. La résidente était âgée de 90 ans. Alors que son état de santé général était déjà très dégradé, elle s'était fracturé la hanche. Une blessure dont la cause exacte reste inconnue et qui n'avait été découverte qu'au bout de plusieurs jours.

Le parquet s'était montré très critique à l'égard de la maison de repos. Le tribunal a lui estimé qu'elle n'avait rien à se reprocher et il l'a acquittée, comme l'avait demandé l'avocat de "L'Estérel", Maître Philippe Charpentier.

Dans son jugement, le tribunal indique que la maison de repos n'a pas commis de faute, ni de négligence. Pour lui, il n'y a pas eu de défaut d'encadrement. Mais il estime aussi qu'il y a pu y avoir des erreurs d'appréciation individuelles, que la souffrance de la nonagénaire a probablement été mal interprétée.

Son état de santé se dégradait depuis plusieurs semaines. Durant le week-end des 5 et 6 janvier, elle avait été examinée par un médecin. Entre le lundi 7 et le mercredi 9, elle s'était plainte plusieurs fois de douleurs. Des plaintes consignées par les infirmières qui avaient prévenu le médecin à trois reprises. L'avocat de la maison de repos pointe que la résidente n'était donc pas négligée.

Le 9 janvier, elle se plaint à nouveau, cette fois auprès de la technicienne de surface nettoyant sa chambre. Cette dernière observe alors que la vieille dame a une position inhabituelle dans son lit, puis en remontant sur elle la couverture, elle remarque un hématome sur sa hanche. Elle avertit deux infirmières, qui font le même constat et appellent le médecin qui décidera de faire hospitaliser la nonagénaire. A l'hôpital, les examens révéleront la présence d'une fracture de la hanche, sans doute vieille de 2 ou 3 jours. Il n'a pas été établi si elle était due à une chute ou à une autre cause.

La vieille dame est décédée cinq jours après son entrée à l’hôpital. Un décès sans lien avec la fracture de la hanche, sans quoi les préventions retenues auraient évidemment été différentes, comme le souligne d'ailleurs l'avocat de la maison de repos.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK