Droixhe (Liège) : un tué par balle, rumeurs d'expédition punitive à Verviers

Mise à jour dimanche soir : les 28 Tchétchènes verviétois relâchés

Les 28 personnes d'origine tchétchène arrêtées vendredi soir au pont-barrage de l'île Monsin ont tous été relâchés. La justice n'a pas pu établir de lien formel entre leur présence à cet endroit à 18h30 et le meurtre perpétré deux heures plus tôt à Droixhe. La justice soupçonne une expédition consécutive au drame, ce qu'aucun n'a reconnu. 

Huit armes ont été saisies dans les voitures de ces "Tchétchènes verviétois", mais il s'agit uniquement d'armes blanches : couteaux, coups de poings américains, gourdins. La seule arme à feu dans cette affaire semble être le fusil-mitrailleur kalashnikov utilisé pour tuer la victime d'origine tchétchène dans sa voiture.

Samedi midi : rumeur d'expédition punitive à Verviers

A la suite de l'affrontement mortel de Droixhe vendredi, des rumeurs concernant une expédition punitive ce samedi après-midi à Hodimont (Verviers) ont circulé sur les réseaux sociaux. "La police de Verviers est au courant et a pris ses dispositions" nous confirme la bourgmestre Muriel Targnion. Voici un exemple de ce qui circule ce samedi sur les réseaux sociaux : 

Mise à jour samedi soir : renforts policiers à Verviers, pas d'incidents signalés à Hodimont

La police de Verviers, au courant de ces menaces, avait mis en place un dispositif de dissuasion dans le quartier de Hodimont. Jusqu'au moment d'écrire ces lignes, le quartier est resté calme. On pouvait y voir des groupes d'habitants rassemblés sur les trottoirs et des familles portant des cabas, revenant visiblement d'être allées faire leurs courses. La police circulait en voiture dans le quartier. Des policiers en tenue de ville discutaient avec les passants.

La bourgmestre de Verviers Muriel Targnion se disait très en colère : "des bandes qui veulent venir se venger d'un acte commis la veille dans une autre ville, ce n'est pas acceptable dans notre société. Depuis le matin je suis en contact avec la police. Il y a des appels à la violence sur Facebook, sur Snapchat etc. Il y a vraiment une crainte dans la population verviétoise. La police de Verviers est en contact avec celle de Liège et la police fédérale. Il y a des renforts et tout un dispositif de dissuasion sur Verviers. 

Il y a aussi eu des contacts entre la police et les leaders de la communauté tchétchène. Ces leaders ont lancé des appels au calme." A Hodimont cet après-midi, personne ne nous a rapporté d'incident. Soit c'est l'effet des contacts entre forces de police et communauté tchétchène, soit c'est celui du dispositif policier de dissuation, soit c'est le calme avant la tempête. A Liège, la police continue à contrôler les entrées du quartier de Bressoux-Droixhe.

Un mort et deux blessés à Droixhe vendredi soir

Une personne est décédée lors d’une agression par une bande ce vendredi après-midi avenue de Nancy, dans le quartier de Bressoux-Droixhe. Le Parquet confirme que des coups de feu ont été tirés. L’un des protagonistes, grièvement blessé par balle est mort. Deux autres sont blessés. Un périmètre a été établi autour du lieu des faits. Plus de cent policiers étaient présents sur le terrain à Droixhe ce vendredi après-midi. Un hélicoptère a survolé le quartier. Les auteurs sont recherchés.

Le récit de l'attaque mortelle 

Le procureur de division Damien Leboutte nous a raconté l'attaque mortelle : "un véhicule a été pris à partie par un groupe de personnes totalement habillées de noir et cagoulées. Le véhicule a fait l'objet de plusieurs coups de battes de base-ball. Les vitres ont été cassées. La personne a redémarré, a percuté un autre véhicule et à ce moment, on lui a tiré dessus, semble-t-il à l'arme lourde, des armes de guerre selon l'expert. La personne est décédée très rapidement.

On ne connaît pas encore exactement l'élément déclencheur. On sait juste qu'il y a eu ce fait à Liège jeudi soir, mais il y en a un aussi un autre qui pourrait être lié. Celui-là s'est déroulé à Hodimont, donc à Verviers. 

La police de Liège signale 28 arrestations judiciaires. Certains des suspects étaient déjà connus des services de police. Ils ont été arrêtés au pont-barrage de l'île Monsin. Deux personnes ont été blessées. Il ne s’agit pas de policiers.

Plusieurs armes ont été retrouvées dans les voitures des suspects. On évoque au moins un fusil mitrailleur AK-47 (Kalshnikov) et une (des) arme(s) blanche(s).
Le Parquet de Liège évoque "une rivalité entre bandes de jeunes. Un juge d'instruction et le Parquet sont descendus sur place hier soir avec un médecin légiste et un expert balistique." Les 28 personnes interpellées sont entendues.

"Nous avons donc des personnes d'origine tchétchène" poursuit Damien Leboutte, "dont la victime. Les vingt-huit personnes arrêtées sont d'origine tchétchène. Les auteurs cagoulés et habillés de noir seraient d'origine kurde, mais ça reste à préciser puisqu'ils étaient particulièrement bien camouflés." 

Les bus déviés

Une pierre a défoncé le pare-brise d’un bus des TEC nous a confirmé la porte-parole Carine Zanella qui précise que "les TEC n’étaient pas visés". Le chauffeur n’est pas blessé, mais la vive tension qui règne dans le quartier a conduit la société de transports en commun à dévier les lignes 17, 60, 67, 68 et 69 jusque dimanche soir. Le 18 est supprimé pour le week-end.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK