Affichage électoral interdit à Verviers: l'opposition fulmine

Hôtel de Ville de Verviers (illustration)
2 images
Hôtel de Ville de Verviers (illustration) - © RTBF

A Verviers, l'affichage électoral est interdit sur la voie publique, et aucun panneau officiel n'est prévu. Les partis de l'opposition fulminent en dénonçant une limitation injuste de la liberté d'expression. Écolo a même menacé le collège d'un recours.

"Si vous persistez" a menacé le conseiller écolo Hajib El Hajjaji, "nous ferons comme à Aywaille où la municipalité a pris la même mesure : nous irons en recours devant la tutelle".

Ce n'est pas propre, ce n'est pas beau

La Ville de Verviers ne veut pas d'affiches électorales sur son territoire. Ce n'est pas propre. Ce n'est pas beau. Elle n'installera pas non plus de panneaux "officiels" comme aux élections communales. Les agents municipaux étaient sans cesse appelés pour des collages litigieux. Il y avait même eu des affiches racistes a expliqué le bourgmestre faisant fonction Alexandre Loffet.

Sur l'affichage raciste, Ecolo est d'accord : ça ne va pas. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas placer de panneaux. Il faut assurer la visibilité des candidats et de leurs idées. Le PP a appuyé dans le même sens : c'est discriminer les partis émergents. Pour le PTB, n'autoriser que l'affichage aux fenêtres - avec accord du propriétaire - c'est défavoriser les militants pauvres. Le CDH a argumenté contre lui aussi.

Mais le bourgmestre ff a persisté. Les panneaux officiels obligatoires, c'est seulement pour les communales a-t-il expliqué. Herve et Waimes ont pris la même mesure. Le conseil a voté majorité contre opposition le règlement qui interdit l'affichage électoral à Verviers sauf sur les terrains et habitations privées.

Autres échos du conseil

A Verviers, il sera possible de voter dans certaines maisons de repos. La conseillère CDH Cécile Ozer a osé un trait d'humour relatif aux procurations qui ne seront plus nécessaires aux résidents - référence aux ennuis judiciaires d'un bourgmestre de son propre parti, Dimitri Fourny, empêtré dans une affaire de procurations extorquées aux résidents d'une maison de repos de Neufchâteau. Avec un peu moins d'humour, le conseiller PP Berrendorf a déclaré craindre qu'on n'aille chercher les résidents dans leurs chambres pour influencer leurs votes.

Lors du conseil communal de Verviers ce lundi soir, d'autres points ont également été évoqués.

La conseillère écologiste Nezha Darraji et l'échevine socialiste Sophie Lambert ont rivalisé de féminisme. Nezha Darraji a demandé qu'on baptise plus de rues verviétoises de noms de femmes. Ce à quoi Sophie Lambert a promis que ce serait fait prochainement. La conseillère écologiste a aussi suggéré que la ville utilise l'écriture inclusive, une manière d'écrire qui ne fait plus primer le masculin sur le féminin. L'échevine Lambert lui a répondu que ça allait commencer tout de suite, avec cette réserve : ce sera fait... dans la mesure où les textes resteront lisibles.

Il a également été de nouveau question du projet City Mall hier soir. En particulier de l'étude commandée au CEGEFA et qui a côté 60 000 Euros à la ville. A propos du futur centre commercial, l'échevin Maxime Degey semble avoir renoncé à réinstaller des commerces en Spintay, ancienne artère commerçante de Verviers. "Si le projet se fait" a commenté l'échevin libéral qui en parlait donc au conditionnel, la réalité commerciale présente de la ville incite plutôt à voir la rue Sintay se diriger vers "une fonctionnalité de pur logement"

Le conseiller CDH Claude Orban s'est inquiété de la somme selon lui exorbitante demandée par la loge maçonnique pour un bâtiment que la Ville veut lui acheter pour réaliser le projet Collège-Crapaurue-Coronmeuse. Claude Orban n'a reçu aucune réponse précise du collège quant au prix demandé.

Enfin, notez que la bourgmestre Muriel Targnion était de nouveau absente hier soir. Son retour n'est annoncé que pour dans trois semaines. La présidente l'a présentée comme "excusée" en tout début de séance. Ça n'a suscité aucun commentaire de la part des conseillers.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK