Affaire Huygen-affaire Massin: des sanctions politiques à géométrie variable?

Le PS liégeois a décidé d'exclure du parti l'ex-échevin d'Ans, Henri Huygen. Il est soupçonné d'avoir tenu des propos homophobes à l'encontre du premier échevin Thomas Cialone, à l'occasion de festivités organisées dans sa commune. Henri Huygen nie les faits. Il y a quelques mois, un élu carolo n'avait pas eu la même sanction pour des insultes incontestables à l'égard d'une femme. Le PS parle de deux cas différents.

Après avoir été entendu pendant plus de deux heures ce jeudi soir, Henri Huygen a été exclu à l'unanimité par la commission de vigilance du PS liégeois. Dans un communiqué, l'ex-échevin d'Ans réagit: "Je suis exclu du parti pour un autre motif que l'homophobie mais bien pour un problème de déontologie lié aux règles du parti. La motivation arrivera dans quelques jours et je pourrai adresser un recours au PS national".  

Comportement contraire aux valeurs du PS

En réalité, le PS exclut Henri Huygen car il estime que les propos qu'il aurait tenus et les comportements qu'il aurait adoptés vendredi passé sont contraires à ses valeurs, ses statuts ainsi qu'à sa charte du mandataire. Mais la commission de vigilance n'a pas souhaité les qualifier d'homophobes.

Elle estime que ce sera à la justice de l'établir ou non. Jean-Pierre Hupkens, président de la Fédération du Parti socialiste liégeois, explique: "Nous avons retenu les propos, il ne nous appartient pas de les qualifier, il nous appartient de vérifier s'ils sont en contradiction avec nos valeurs, avec nos statuts et les différents engagements spécialement des mandataires.  Je pense qu'il y a là, non pas de l'hypocrisie mais au contraire, une attitude assez ferme qui a été prise rapidement.  Je pense que nous avons été parfaitement dans la ligne de ce qu'il convenait de faire en la circonstance".

Thomas Cialone a porté plainte contre Henri Huygen et une instruction judiciaire est désormais ouverte. De son côté, Henri Huygen qui nie catégoriquement les faits depuis le début, affirme ne pas comprendre la situation qui s'apparente selon lui à de l'acharnement. 

Le Parti socialiste fait-il deux poids deux mesures? 

Cette affaire en rappelle une autre. Le premier mai dernier, à Charleroi, Eric Massin, le président du CPAS avait tenu des propos machistes à l'égard de Caroline Taquin, une élue du MR. Il l'avait qualifiée de "salope" lors d'un discours. Dans son cas, la commission de vigilance ne s'était pas saisie du dossier. Il n'avait donc pas été exclu. 

Pour le Parti socialiste, il s'agit de deux cas différents: "Le PS a condamné fermement les deux propos. Eric Massin a présenté ses excuses publiques et a rendu sa démission de ses fonctions de président fédéral. L'attitude de Monsieur Huygen était diamétralement différente, la fédération de Liège a tranché".

Dans l'absolu, les deux faits, s'ils sont avérés, sont punissables pénalement. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK