Affaire HealthCity: le procureur général est d'avis qu'il s'agit d'une discimination

Ce n'est qu'un avis. Mais il confirme le jugement rendu en janvier dernier, en première instance: il est interdit d'interdire une salle de sport aux hommes. C'est une pratique discriminatoire, elle va à l'encontre de l'égalité des genres. Le procureur général, comme le client à l'origine de la plainte, demande la condamnation du groupe hollandais HealthCity. Le but, augmenter la clientèle féminine plus ou moins gênée de se montrer à des regards masculins, est essentiellement économique et n'est pas légitime. Le moyen, l'exclusion, n'est pas approprié.

Il faut quand même souligner une nuance dans cet avis, par rapport au jugement de première instance: ce n'est pas sur la base d'une loi fédérale, mais d'un décret de la communauté française, qu'il faut sévir. C'est là un argument du groupe HealthCity qui est retenu. Et ce n'est pas sans intérêt: si le groupe HealthCity perd ce procès, il espère éviter de devoir appliquer cette jurisprudence dans les flandres, où plusieurs sites sont réservés aux dames. Plaidoiries, devant la cour d'appel, à la mi-octobre, et décision avant la mi-novembre.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK