Accident mortel à Saint-Georges: que faire face à un conducteur fantôme?

Trois morts. C'est le lourd bilan d'un accident provoqué dimanche soir par un conducteur fantôme.
Trois morts. C'est le lourd bilan d'un accident provoqué dimanche soir par un conducteur fantôme. - © Facebook Serdar Ilbay

Trois morts. C'est le lourd bilan d'un accident provoqué dimanche soir par un conducteur fantôme. Un accident mortel qui s'est produit vers 20h00 à hauteur de Saint-Georges, sur l'autoroute E42, en direction de Namur.

La collision frontale n'a laissé aucune chance aux victimes

Ces victimes, ce sont deux jeunes de 26 ans dont la voiture a été percutée de plein fouet par ce conducteur fantôme de 75 ans qui lui aussi a été tué. Il est monté à contresens à la sortie de Villers-le-Bouillet, commune où il habitait.

La police a directement détecté sa présence via son réseau de caméras et a envoyé un véhicule d'interception. Des conducteurs lui ont fait des appels de phares pour lui signaler qu'il roulait dans le mauvais sens de circulation. Tout cela en vain. Le septuagénaire a parcouru près de 10 km, à vive allure, avant de provoquer cet accident au bilan tragique, qui a nécessité la fermeture de l'autoroute.

Une quinzaine d'accidents chaque année

Ce n'est malheureusement pas un fait rarissime. Ces conducteurs fantômes provoquent chaque année de nombreux accidents, une quinzaine en moyenne. Et les collisions sont 10 fois plus mortelles que lors d'accidents dans d'autres circonstances. Ces crashs tuent entre 3 et 5 personnes chaque année.

Mais comme l'admet Benoit Godart, le porte-parole de l'IBSR, l'institut belge pour la sécurité routière, il n'y a malheureusement pas de remède miracle : "On a quand même trouvé certaines solutions, notamment le fait de mieux indiquer les entrées et les sorties d'autoroutes pour ne pas que le conducteur prenne justement une sortie d'autoroute pour une entrée, c'est une première chose. Deuxième chose, c'est vrai qu'au niveau purement matériel, diverses méthodes ont été testées, notamment ces herses qui se lèvent, mais elles ne se sont pas révélées concluantes, donc pour l'instant, il n'y a aucun moyen physique si ce n'est les messages de l'info trafic. A partir du moment où aujourd'hui, les messages d'info trafic interrompent les programmes pour signaler les conducteurs fantômes, c'est peut-être finalement le seul moyen pour limiter les dégâts en cas de conducteur fantôme".

Que faire si on se retrouve face à un conducteur fantôme?

Il y a trois conseils fondamentaux à suivre. Un: ralentissez tout en serrant votre droite quitte à rouler sur la bande d'arrêt d'urgence, car les conducteurs fantômes circulent généralement sur ce qui est pour vous la bande de gauche. Deux: faites éventuellement des appels de phares lorsque vous croisez le conducteur fantôme et seulement à ce moment pour ne pas le faire paniquer d'avantage. Trois: enclenchez vos feux de détresse et arrêtez-vous à la première borne d'appel afin de signaler la présence du véhicule fantôme aux services de police.

Quel conseil donner maintenant à celui ou celle qui emprunterait par inadvertance une autoroute à contresens? "La personne doit se ranger sur la bande d'arrêt d'urgence et ne plus bouger. C'est clair et net" explique Benoit Godart. "Cela ne sert à rien d'essayer de faire demi-tour, ça pourrait être catastrophique. Il faut mettre son triangle de secours et prévenir évidemment les services de police qui aideront assez rapidement à retrouver le bon chemin. Surtout, il ne faut pas le faire tout seul".