AB Inbev : la FGTB n'admet pas l'argument des tensions sociales

Nouveau conseil d’entreprise hier chez AB Inbev suite à l’intention du groupe brassicole de délocaliser aux Etats-Unis les volumes de Stella Artois produits à Jupille à destination des pays non européens. Une menace qui pourrait entraîner 29 licenciements et la non-prolongation de 58 contrats temporaires.

Lors de ce conseil d’entreprise, les syndicats ont pu poser leurs questions sur cette décision. Une réponse est attendue lundi lors de sa prochaine réunion. Mais la direction a déjà attribué cette décision au climat social régnant sur le site, après plusieurs grèves ou arrêts de travail.

Un argument que n’admet pas Patrick Rehan, secrétaire régional de la FGTB Horval : "Il y a eu la grève pour la Covid. Il y a eu des actions d’une heure ou deux mais comme nous l’avons répété à la direction ce jeudi, il y a des dossiers qui sont sur la table et qu’elle traîne à régler. Quant à un éventuel pacte social, dès la fin de la grève de septembre, j’ai contacté la haute direction pour essayer d’avoir une réunion et pouvoir définir ce qu’on peut faire ensemble pour améliorer le climat. La direction attend un rapport d’audit pour définir ce qu’on pourrait faire pour améliorer les relations sociales", explique-t-il.

Grève chez AB Inbev: JT 14/09/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK