A Theux, il construit son propre carrousel artisanal pour égayer festivals, fêtes et villages

Simon et Adeline main dans la main dans la réalisation de leur carrousel artisanal, prêt dans un an.
3 images
Simon et Adeline main dans la main dans la réalisation de leur carrousel artisanal, prêt dans un an. - © RTBF - Philippe Collette

Construire son propre carrousel, un rêve de jeunesse qui se concrétise pour un trentenaire de Theux ; Simon Janne, aidé par sa compagne Adeline, vient en effet d’entamer la fabrication d’un manège artisanal né dans son imagination et fabriqué de ses propres mains avec l’aide de quelques artisans. Son "atelier" n’est autre que son domicile situé dans un charmant lotissement boisé sur les hauteurs theuxtoises où il dispose déjà d’un imposant matériel. C’est là qu’il vient d’achever la base du carrousel, phase initiale de la construction mais aussi premier élément tangible de ce qui est un rêve d’enfance.

 

Passionné par le monde du théâtre de rue, du cirque, des forains

Simon n’a que 33 ans mais sa vie a déjà été souvent rythmée par l’ambiance des théâtres itinérants et des champs de foire ; même si, aujourd’hui, il occupe à mi-temps une fonction sédentaire au Centre culturel de Verviers, le virus de l’itinérance est resté ancré dans ses gênes : c’est sûr, un jour, il construira son propre manège ! :" j’ai habité plusieurs années dans une roulotte et 10 ans dans un camion, raconte Simon Janne. J’ai été chauffeur, monteur, technicien pour des troupes comme les Baladins du Miroir, le Tof Théâtre de Genappe, j’ai aussi travaillé pour la Zinneke Parade et avec Frans Rorive qui dispose du plus vieux carrousel du pays, vieux de 131 ans ; le monde du théâtre de rue, du cirque et des forains me passionnait. "
Son carrousel, Simon le veut unique et personnel, conçu selon ses idées et son savoir-faire acquis lors de ses expériences passées, avec l’aide d’artisans ébénistes et ferronniers. " Il sera unique, personne n’aura le même, réalisé en bois sauf la base métallique et la bâche de couverture. Il aura un style fantastique et vintage avec des moulures à l’ancienne ; les sujets sur lesquels les enfants s’installeront, seront également uniques. Je me fais aider par un artisan ébéniste et par un ferronnier." La décoration aura pour thème le binôme lune/soleil – jour/nuit dans des motifs oniriques. Pour l’heure, il s’attache à réunir ses sujets qu’il customisera à son goût : un cochon, une soucoupe volante revisitée, une voiture, un camion "de retour d’Afrique", un avion, un dragon,… Originalité : le locataire pourra disposer du manège "à la carte", en choisissant ses sujets ainsi que la musique d’ambiance.

 

20.000 euros à trouver

Ce carrousel artisanal ne sillonnera pas les champs de foire ; Simon Janne préfère lui conférer un rôle d’animation, proche des gens : " je ne veux pas rentrer dans le circuit commercial pur, explique Simon Janne ; mon carrousel sera là pour animer des fêtes privées, des fêtes de village, ou sera présent lors de festivals de théâtre de rue et autres, lors de brocantes et marchés par exemple."

Bien sûr, le projet a un coût : Simon Janne a démarré avec ses fonds propres mais dès le 29 avril, il lancera un financement participatif pour disposer des fonds nécessaires à la suite des travaux en vue de récolter, espère-t-il, 20.000 euros.
Si tout va bien, Méli-Mélo, c’est le nom donné par Simon à son carrousel, devrait circuler dans un an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK