Après le scandale Publifin, les listes citoyennes se multiplient

A Olne, des citoyens se mobilisent après les scandales politiques
2 images
A Olne, des citoyens se mobilisent après les scandales politiques - © RTBF

A Olne, en province de Liège, certains habitants ont décidé de lancer leur propre liste électorale pour les prochaines élections communales. Seule condition pour poser sa candidature, il ne faut pas avoir de carte de parti. Avec les récents scandales politiques, les listes citoyennes se multiplient, même si le phénomène n'est pas quelque chose de très neuf sur le plan communal.

Depuis deux ans, Claude et Jean-François se retrouvent régulièrement pour parler politique. Leur projet est de présenter une liste aux prochaines élections communales d'Olne. Ils viennent de créer un logo pour leur parti: Le Bon Sens. 

L'ancien boucher du village espère présenter une liste complète l'année prochaine. La seule contrainte pour les candidats qui souhaiteraient y figurer, c'est de ne pas être affiché à un parti politique car la liste veut être totalement indépendante.

Claude Dejong, cofondateur de la liste, explique: "Je n'ai pas envie d'avoir un programme qui est préétabli et suivre un programme à respecter. Je préfère faire le programme avec la population."

Une grande attente

Le chemin de la liste citoyenne, France Hotterbeex l'a suivi il y a dix ans maintenant dans sa commune de Dalhem.  Avec quelques amis, elle a fondé la liste du Renouveau. Ils voulaient faire bouger les choses et surtout ne pas inclure dans leur liste des candidats qui souhaitaient faire une carrière politique.  

Et la conseillère communale s'est vite rendu compte qu'il y avait une grande attente: "Il y a clairement une demande de la population, vu ce qui se passe au niveau fédéral ou au niveau régional. Quand la liste a été créée en 2006, nous avons eu directement cinq élus. Ici, en 2012, nous en avons sept et nous sommes le plus gros groupe au conseil communal."

C'est se présenter comme si on était un chevalier blanc

Des listes en dehors des partis politiques traditionnels, le phénomène n'est pas nouveau pour les élections communales. Mais les récents scandales politiques risquent d'augmenter leur nombre et leur poids électoral. Pierre Verjans, politologue à l'Ulg explique: "C'est se présenter comme si on était un chevalier blanc, comme si on n'était pas du tout mêlé à toutes ces histoires. Et aussi, on est plus proche des citoyens, on n'a pas l'air d'être mêlé au pouvoir régional, fédéral, européen. Donc, on est vraiment au plus proche des besoins des gens."

Il n'y a pas qu'à Olne, d'où est parti le scandale Publifin avec les révélations de son échevin, que de nouvelles listes citoyennes sont déjà annoncées. A Molenbeek, ou encore à Louvain-la-Neuve, des mouvements sont également en train de s'organiser.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK