8 mai: de très nombreuses commémorations en province de Liège

Le Monument national à la Résistance à Liège, un des lieux où la fin de la Deuxième Guerre mondiale sera commémorée ce 8 mai
Le Monument national à la Résistance à Liège, un des lieux où la fin de la Deuxième Guerre mondiale sera commémorée ce 8 mai - © RTBF

Le 8 mai 1945, l'Allemagne signait officiellement sa reddition à Reims. Un événement commémoré chaque année, même si en Belgique le 8 mai n'a jamais été un jour férié généralisé. Il a été un jour férié uniquement pour les écoles et les administrations, jusqu'à ce qu'il soit supprimé en 1983. Mais le 8 mai est resté le jour où la Belgique commémore la fin de la Deuxième Guerre mondiale et la Libération des Camps en Europe.

A cette occasion, des cérémonies sont organisées aux quatre coins de la province de Liège, devant des monuments aux morts, dans des cimetières, dans d'anciens forts ou au Monument National à la Résistance de Liège, un monument qui avait lui-même été inauguré un 8 mai, c'était en 1955...

Ce lundi, des cérémonies seront organisées en plusieurs dizaines d’endroits (sur les territoires de Liège, de Seraing, de Herstal, de Flémalle, d’Awans, de Grace-Hollogne, de Soumagne, d’Oreye, d’Oupeye, de Baelen, de Plombières, de Welkenraedt et d’autres communes). Des commémorations ont aussi déjà eu lieu durant le week-end (aux forts de Flémalle, de Pontisse et d’Eben-Emael ou à Nandrin, notamment) et d'autres sont prévues dans les prochains jours (demain, Hannut rendra, par exemple, hommage aux militaires français tombés dans la région en mai 1940).

Un jour pour se souvenir

Pour les associations patriotiques, mai est un mois de grande activité. Jean-Paul Grandjean préside le Comité d'Entente des Groupements Patriotiques de la Province de Liège: "Le 8 mai, c'est la fin d'une période de restrictions, de souffrances... Beaucoup ont laissé la vie, parfois une partie d'eux-mêmes et en tous cas une partie de leur jeunesse et nous ont permis de vivre plus de 70 années de paix. On essaye de maintenir cette flamme auprès des jeunes, pour leur permettre non seulement de se dire "Tiens on vit dans un pays libre", mais en plus de cela "Il y a eu un sacrifice pour cette liberté"." 

Face au retour actuel des nationalismes, les associations patriotique sont inquiètes. "Certainement," confirme Jean-Paul Grandjean, " parce qu'elles sont là justement pour perpétuer notamment le souvenir de ces sacrifices faits à l'occasion de l'envahissement du territoire par le nationalisme allemand."

Un agenda des cérémonies organisées en ce mois de mai est accessible sur le site du Comité d'Entente des Groupements Patriotiques de la Province de Liège en cliquant ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK