"40 jours sans viande": une bonne idée?

"40 jours sans viande": une idée qui divise
"40 jours sans viande": une idée qui divise - © RTBF

Après la tournée minérale, voilà les "40 jours sans viande".  C'est l'idée défendue en Flandre depuis quelques années et qui, cette année, sera lancée côté francophone.  Pour les organisateurs, il faut dénoncer les conséquences sur l'environnement d'une production de viande intensive. Un message qui ne passe pas du côté des agriculteurs. Sans compter que si l'on supprime les protéines animales, il faut les remplacer, sinon cela devient mauvais pour la santé.

Le nom de la campagne est "Jours sans viande". La thèse est "manger de la viande est mauvais pour l'environnement, réduire notre consommation serait donc la solution". Qu'en est-il vraiment?  Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO, le secteur de l'élevage contribue pour 14,5% aux émissions de gaz à effet de serre dues à l'activité humaine.  Bernard Tychon, professeur en Sciences de l'Environnement de l'Ulg explique: "Ce chiffre de la FAO n'est pas du tout négligeable.  Au niveau de l'élevage, il faut aussi considérer d'autres impacts, notamment l'impact sur la qualité des eaux, notamment les pollutions par les nitrates qu'on rencontre dans les régions qui font de l'élevage intensif et où les terres n'arrivent pas à absorber suffisamment les quantités à appliquer.  L'essentiel des problèmes liés aux activités de l'élevage sont dans les zones où il y a de l'élevage intensif."

A l'origine, il y a 50, 60 ans, on mangeait de la viande le weekend, en petit quantité.

La méthode de production mais aussi le transport, la transformation, la distribution, vont influencer l'impact écologique.  Henri Pâque est éleveur de bovins depuis 1978.  Sa spécialité est le circuit court.  Tous les bovins élevés dans sa ferme à Lantin sont nourris avec des aliments locaux, abattus dans la région et transformés dans la boucherie voisine.  Pour lui, arrêter de manger de la viande n'a pas de sens.  Il faut mieux choisir sa viande.  "A l'origine, il y a 50, 60 ans, on mangeait de la viande le weekend, en petit quantité.  Et puis, sous la pression de toute une série de raisons de bien-être humain, on a décidé de manger de la viande tous les jours.  Mais maintenant, on en mange encore plus que tous les jours.  On est arrivé à un excès de consommation.  Pour produire cette viande pour en manger trois fois par jour, il faut aller en chercher bien loin.  Pourquoi ne pas essayer d'avoir une production 100% locale pour nourrir notre population."

Et puis, il y a la valeur nutritionnelle de la viande, s'en passer totalement est possible mais n'est pas conseillé.  Le débat est en tout cas complexe. C'est au consommateur de choisir ...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK