350 hectares porteurs de promesses pour Liege Airport

Un tunnel de 6 km de long est en cours de construction pour le démergement de deux zones activités économiques dans la zone de l'aéroport de Liège
2 images
Un tunnel de 6 km de long est en cours de construction pour le démergement de deux zones activités économiques dans la zone de l'aéroport de Liège - © RTBF - Olivier Thunus

Après les soubresauts qu’il a connus ces dernières semaines, restructuration chez Fedex, licenciement de son directeur général, l’aéroport de liège veut démontrer son attractivité. Notamment via des travaux en cours de réalisation, et surtout en mettant en avant un avantage par rapport à une large majorité d’autres aéroports européens.

Cet atout majeur, c’est 350 hectares de terrains aménageables pour être mis à disposition d’entreprises souhaitant s’implanter à côté de l’aéroport. Des terrains situés dans la zone aéroportuaire. Un plan d’aménagement est en cours : " Les 350 hectares ne seront pas mobilisés et équipés du jour au lendemain. Ça nous donne un planning de travail d’une quinzaine d’années ", précise Nicolas Thisquen, président du comité de direction de la Sowaer.

Des aménagements qui se veulent une réponse sociale, économique et environnementale aux détracteurs de l’aéroport, insiste Jean-Luc Crucke, le ministre des aéroports wallons : " Quand vous construisez, comme on le fait ici, une route qui permettra d’éviter de traverser des villages, de manière à permettre aux véhicules de rejoindre directement l’autoroute, c’est aussi par soucis du respect de l’environnement. L’aéroport, c’est un peu moins de 10.000 emplois aujourd’hui, et avec le business plan, dans les 20 prochaines années, c’est le double qui va être créé. C’est une réponse sociale, économique et environnementale également ".

Nouveau hub européen

Ces hectares intéressent les investisseurs. Exemple avec la société CMA, le leader mondial du fret maritime : " Nous avons un nouveau client qui va arriver dès la semaine prochaine, qui est un très gros client, un groupe français, un groupe mondial spécialisé dans le fret par bateau, qui a décidé de développer une activité cargo. Ils ont pris la décision de la développer au départ de Liege Airport, dans un premier temps avec deux avions et dans un second temps avec quatre avions ", s’enthousiasme Frédéric Jacquet, directeur général de Liege Airport.

Dans le même temps, Cianao (Alibaba) a annoncé avoir conclu un accord avec une compagnie aérienne pour assurer une liaison (fret) cinq fois par semaine entre Liège et Hong-Kong.

Un autre investisseur, flamand celui-là, a de son côté rendez-vous cette semaine avec les ministres Crucke et Borsus pour s’implanter lui aussi à Bierset.

Radar sol

Quant aux travaux en cours ou réalisés, deux investissements majeurs sont à relever : " Le premier chantier est celui du démergement des eaux du site de la plaine de Stockis et de Cubber (zone où s'implantera la gare TGV fret Carex). C’est un chantier colossal puisque le montant des travaux est évalué à 28 millions d’euros, financés par les fonds européens Feder, notamment. Trois ans de travaux, avec des entreprises spécialisées dans le perçage des tunnels puisqu’on va forer le sol pour un tunnel sur à peu près six kilomètres pour aller rejoindre la Meuse et évacuer les eaux directement dans la Meuse. Le deuxième chantier, il est moins visible, c’est toute la digitalisation du site de l’aéroport, avec notamment la mise en service du site du radar sol. La mise en service du site est prévue vers le 15 mars. Grâce à cette digitalisation, on va pouvoir gagner en efficacité, en attractivité pour le site aéroportuaire, mais également en sécurité puisque notamment, en cas de brouillard par exemple, les contrôleurs aériens pourront compter sur la technologie pour pouvoir faire évoluer les avions et les différents mouvements au sol au niveau de l’aéroport de Liège ", souligne encore Nicolas Thisquen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK