25% en moins d'accidents aux passages à niveau mais encore trop de morts

En 2018, le nombre d'accidents aux passages à niveau a baissé de 25%. C'est peut-être une des conséquences positives des campagnes de sensibilisation menées depuis quelques années par Infrabel, le gestionnaire du réseau, sur les risques encourus quand on force un passage à niveau fermé. Cette diminution doit toutefois être relativisée car le nombre de morts lui est resté identique : 9 décès. Dans son bilan de l'année écoulée, Infrabel rappelle aussi cette évidence, les décès ont majoritairement eu lieu lors de collision de train avec des usagers faibles que ce soit piétons ou cyclistes.

L'impatience aux heures de pointe

Mais qui sont ces conducteurs qui restent coincés sur les voies ou ces piétons qui n'hésitent pas à traverser lorsque le passage est fermé ? Selon les statistiques d'Infrabel, il s'agit essentiellement de riverains, habitués au passage et dont la vigilance semble moins grande. Ce sont aussi des personnes souvent plus âgées . Les accidents se passent en général aux heures de pointe. A ces heures que ce soient les automobilistes ou les piétons, tout le monde semble pressé et impatient de traverser, coûte que coûte, la voie ferrée.

A noter également que la majorité des accidents se sont produits en Flandre là où les passages à niveau sont aussi les plus nombreux vu la densité de population.

359 passages supprimés

Même en répétant qu'un train peut en cacher un autre, que c'est dangereux, certains comportements ne changent pas. Ce jeudi, une adolescente, écouteurs sur les oreilles, qui traversait un passage fermé a encore été happée par un train à Pont à Celles. Infrabel tente donc de supprimer un maximum de passages. 359 d'entre eux ont été supprimés en 10 ans mais il en reste encore 1713 et dans certains cas, ils sont irremplaçables parce que construits dans un environnement de bâtiments trop proches par exemple.

A Milmort, en région liégeoise, Infrabel supprime actuellement 2 passages. Ils seront remplacés par deux couloirs sous voie pour piétons et cyclistes et un pont pour les véhicules. Sur ce tronçon entre Herstal et Liers, il y avait 12 passages : 5 ont été supprimés, 2 le seront donc pour 2020. Cette multiplication de passages, c'est aussi une multiplications de risques. Un incident, même si ce n'est pas un accident, entraîne automatiquement la fermeture des passages sur tout le tronçon avec des répercussions sur la ponctualité et un accroissement du risque que certains usagers ne soient tentés de passer malgré tout.

Infrabel a aussi décidé de doter chaque passage à niveau d'une "carte d'identité". Cela permettra à tout témoin d'incident par exemple de le signaler facilement et précisément afin d'accélérer l'intervention.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK