188 enfants bloqués par la FIFA au RFC Seraing

Quand les enfants paient les pots cassés des adultes au football. A cause d'une sanction concernant l'équipe première du RFC Seraing en 2016, c'est aujourd'hui l'école au complet qui doit en porter le chapeau. Depuis le mois de juin, tous les transferts ont été annulés. Les affiliés ne peuvent donc plus disputer aucun match. Amaury Vandevenne, 12 ans, ne comprend pas: "Je trouve ça dommage, les jeunes n'ont rien demandé. Le problème vient de l'équipe première, je trouve qu'ils auraient dû la pénaliser, elle, mais pas l'académie. Nous aussi, on est pénalisés."

Or, le RFC Seraing est particulièrement apprécié pour ses entraînements de niveau professionnel. Les jeunes n'ont pas non plus envie de quitter leurs entraîneurs et leurs camarades, désormais amis.

Pour comprendre le fond du problème, il faut remonter à 2015. A cette époque, le RFC Seraing transfert un joueur de l'équipe première via une société d'investissement, le groupe Doyen Sports. Une pratique illégale en Belgique. La FIFA sanctionne donc l'équipe première du club en l'interdisant de transfert pour trois mercatos. "Une interdiction constamment reportée par le juge", explique Christian Bartosch, responsable administratif du club.

Jusqu'à janvier 2017. Cette année, la juge du tribunal de 1ère instance, à Bruxelles, a décidé de mettre en application l’interdiction. Et de l'étendre à toute l'école. Résultat: plus de 180 enfants affiliés se retrouvent bloqués (soit 40% des jeunes de l'académie du RFC Seraing). Ils ne bénéficient également plus d'assurance en cas d'accident.

Ce n'est pas une école d'élite, mais un travail social

Cette situation scandalise Alain Mathot, bourgmestre de Seraing. Il faut dire que la Ville a beaucoup investi dans le club. "Ce n'est pas une école d'élite, mais un travail social. Pourquoi aller pénaliser tous les jeunes? Je suis sidéré par l'attitude de la FIFA, des juges, et de l'Union Belge." L'Union Belge, membre de la FIFA et qui n'a pas tenu à faire de commentaire, expliquant devoir respecter l'institution.

En attendant, le RFC Seraing tente tout de même de sensibiliser la Fédération belge à son cas: les enfants ne sont pas concernés par une telle sanction. Un débat doit avoir lieu fin octobre à la cour d'appel pour statuer sur l'avenir du club.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK