Wodecq: le camp du patro, oui, mais un camp assez différent

Des bulles sont créées afin que les groupes (de 50 jeunes maximum) ne se croisent pas
Des bulles sont créées afin que les groupes (de 50 jeunes maximum) ne se croisent pas - © Pierre Wuidart

C'est le début des vacances et donc le début des camps pour les mouvements de jeunesse. Ainsi, le patro des filles de Rhines s'est installé à Wodecq (Hainaut). Un camp raccourci à cinq jours pour la plupart des sections. Les jeunes resteront groupés par tranches d'âge et ne se mélangeront pas. Romane Léonard et Emilie Delespesse sont coprésidentes de ce patro et elle expliquent: "chaque bulle est composée de 50 patronnés maximum. Il existe aussi des bulles qui sont les bulles de cuistots, ils resteront entre-eux. Ou alors une bulle composée de l'équipes de nettoyage". Concrètement, les organisateurs du camp ont créé une sorte de labyrinthe à l'extérieur du camp afin que les bulles ne se croisent pas et empruntent des itinéraires différents. Ils ont aussi prévu du matériel de désinfection des mains, en particulier avant les repas ou entre les jeux. Les mouvements de jeunesse ont reçu des consignes à suivre, un "protocole" de la part des experts.

Le camp de cette année sera malgré tout teinté d'une forme de regrets, le coronavirus empêchant les patronnés de maximiser l'esprit de partage entre les sections qui caractérise ce moment de rassemblement.

Et si beaucoup de patros ont revu leur camp à la baisse, la plupart d'entre eux organiseront au moins un mini camp ou quelques journées d'activité pour animer les jeunes après cette année perturbée.

Camp patro à Ellezelles, duplex dans notre JT du 1er juillet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK