Wallonie picarde: le torchon brûle entre Véronique Waroux et Ideta

Pierre Vandewattyne, le directeur général d'Ideta
Pierre Vandewattyne, le directeur général d'Ideta - © Laurent Dupuis

L’intercommunale Ideta répond aux critiques émanant de la députée wallonne Véronique Waroux (cdH), également conseillère communale à Péruwelz.

La députée déplore, pêle-mêle, "la création de filiales privées pour des investissements à risques, l’absence de représentation des mandataires publics dans des structures en poupées russes, le manque de transparence des documents soumis au vote des mandataires communaux, l’épuisement des réserves financières…"

La députée souligne aussi que l’intercommunale joue sur le terrain du privé. Ce qui en agace plus d’un. "Des chefs d’entreprise locaux de premier plan considèrent qu'il s’agit de concurrence, déloyale dans certains cas, puisque l’acteur public bénéficie d'argent public, de relais communaux puissants, et n’a pas les mêmes contraintes de rentabilité que le privé. Ils considèrent que le principe de subsidiarité, qui s’oppose à la prise en charge par le pouvoir public de besoins correctement assurés par les initiatives des particuliers, n'est pas respecté".

En déséquilibre financier suite au ralentissement de la commercialisation des terrains industriels, l’intercommunale s’est notamment tournée vers le développement des énergies renouvelables. Elle a créé des filiales pour construire des parcs éoliens et mener un projet de centrale de biométhanisation en Belgique, ou encore pour participer à un projet hydrolien en Ecosse. "Ces sociétés, privées, ont été constituées sur base de capital public. Elles sont représentées par les mêmes administrateurs délégués, des directeurs d’Ideta, et non par des administrateurs publics".

"Je ne prétends pas accuser les dirigeants d’Ideta d’actes illégaux. Je souhaite par contre que ces derniers jouent le jeu des explications publiques et de la totale transparence", insiste Véronique Waroux. "Et ces questions, je les ai posées avant l’affaire Publifin."

La réplique d’Ideta

"De manière générale, Ideta déplore les amalgames, approximations et affirmations erronées qui portent atteinte à l’image de l’Agence, de ses travailleurs et de tous les mandataires publics qui s’y investissent", lancent son directeur général Pierre Vandewattyne et son président Pierre Wacquier (PS). "Ils discréditent également l’ensemble des élus communaux de Wallonie picarde – toutes familles politiques confondues – qui participent aux débats et valident les orientations stratégiques prises par Ideta. La mise à mal de la réputation de probité et de dynamisme véhiculée par Ideta peut avoir des conséquences néfastes sur le bon fonctionnement des outils supracommunaux que sont les intercommunales de Wallonie picarde et sur le développement futur du territoire".

En matière de bonne gouvernance et de transparence, Pierre Wacquier glisse ceci: "Nous avons toujours été clairs. Aucune décision n’a jamais été avalisée sans une bonne information et un mandat clair des communes. Notamment pour la création de la filiale Elsa en matière d’investissements énergétiques. La création de ces filiales a été mise en œuvre dans un but de séparation des activités d’Ideta et de transparence. Les informations de ces filiales remontent jusqu’au conseil d’administration d’Ideta où se trouvent toutes les familles politiques…"

Concernant une éventuelle concurrence déloyale entre le public – subsidié – et le privé dans des secteurs où le privé pourrait se développer, Pierre Vandewattyne met les points sur le i. "Nous ne perturbons pas le marché avec nos activités. Nous ne sommes pas dans une logique de concurrence avec le privé. Le crématorium? C’est un décret wallon de 2009 qui dit qu’il doit être de gestion publique. La promotion immobilière? Oui, nous réalisons des bureaux, des halls-relais. C’est dans nos missions. C’est lié au développement des parcs d’activité économique et des start-ups. Puis, en matière de développement des énergies renouvelables, à part l’éolien où il y a un meilleur rendement, je ne vois pas le privé être actif dans les autres domaines. Or, nous investissons aussi notamment dans l’installation de bornes de recharge pour les véhicules roulant au gaz naturel compressé ou les véhicules électriques. Et l’éolien, nous le développons principalement dans nos zonings, avec des partenaires, comme des privés ou l’intercommunale Ipalle, et nous sommes aussi impliqués dans des éoliennes citoyennes pour le compte des communes".

Et Pierre Wacquier de conclure: "Nous sommes toujours prêts à répondre à toutes les questions. Nous ne les éludons pas. Nous allons à la rencontre des communes, nous organisons des séances d’information… Mais à vrai dire, les motivations politiques de Véronique Waroux, son acharnement, nous échappent. Tournai n’est pas Liège. Nous sommes dans un autre monde".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK