Wallonie Picarde: 6 recyparcs d'Ipalle peuvent désormais recevoir vos déchets organiques

Laurent Dupont,  Ingénieur technique Ipalle montre l'exemple
2 images
Laurent Dupont, Ingénieur technique Ipalle montre l'exemple - © Marie-Anne Brilot

Déchets de cuisine, épluchures de fruits et légumes, restes de repas froids, aliments avariés, voilà ce que le citoyen de Wallonie Picarde peut désormais déposer dans six recyparcs gérés par l'intercommunale Ipalle. Ce projet pilote lest une première en Wallonie. "Nous avons lancé il y a une dizaine d'années des campagnes de compostage" nous explique Laurent Dupont, ingénieur technique chez Ipalle, "on arrive à convaincre de 10 à 15% de la population, il y a donc une fraction de celle-ci qui reste réfractaire à cette méthode de recyclage de déchets donc on offre un nouveau service à ceux qui souhaitent trier leurs déchets organiques. Et puis à Ipalle, nous ne sommes pas pour les collectes de ce type de déchets en porte à porte".   

Les déchets concernés par cette opération sont en fait tous les déchets compostables. Le citoyen intéressé est invité à jeter un coup d’œil attentif à la liste des produits acceptés (http://www.ipalle.be/Portals/0/pdf/autocorganiques.pdf) car, attention aux idées préconçues, certains déchets, comme l’herbe coupée, les feuilles ou les déchets d’élagage, ne peuvent faire partie du voyage pour cette collecte.

Une opération sur base volontaire 

Tous les citoyens qui le souhaitent peuvent participer gratuitement à l’opération pour autant qu’ils soient en possession d’une carte d’accès à l’un des six recyparcs concernés. Pour le transport des matières organiques, Ipalle préconise l’achat de bio-seaux de 25 litres dans les différents recyparcs participants. Ces récipients lavables sont vendus au prix de 5€ pièce. Et les habitants que nous avons rencontrés au parc de Kain sont plutôt convaincus: "tous mes déchets de cuisine vont dans le compost, moi, mais c'est bien pour ceux qui habitent en ville et en appartement", je trouve que c'est une bonne solution car les sacs poubelles coûtent chers et de toute façon ce sera peut-être un jour obligatoire, alors autant changer nos habitudes maintenant".

Ce projet est testé pour une durée de six mois, si cela marché, l’opération sera étendue aux autres recyparcs de Wallonie Picarde et du Sud-Hainaut. Mais nous avons tout intérêt à nous y mettre, le Plan wallon des déchets envisage, à l'échéance 2025, la généralisation de la séparation des déchets organiques des ordures ménagères. Les matières collectées pendant la durée de l'expérience menée par Ipalle seront envoyées à l'unité de biométhanisation de la société SODECOM à Quévy pour la production d'électricité. 

Les recyparcs dans lesquels les déchets organiques peuvent être déposés sont celui d’Antoing, à la rue du Marais à Brunehaut, celui de la rue Sarrazin à Beloeil, le recyparc du Zoning d’Harchies à Bernissart, celui de la rue de Luna à Estaimpuis, Mouscron 2, situé à l’avenue du Bois Jacquet à Dottignies et enfin Tournai 3, le recyparc du 605, chaussée de Renaix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK