"Vivre dans une yourte": oui mais avec électricité, eau courante et Wifi

Une yourte verte et rouge qui se fond dans le paysage
2 images
Une yourte verte et rouge qui se fond dans le paysage - © M.Delporte

Sarah et Stéphane ont quitté leur petit appartement bruxellois il y a deux ans, et avec lui, c’est toute une façon de vivre qu’ils ont abandonnée.

Moins de sortie concert, moins de cinéma, moins d’achats aussi. Et c’est un choix qu’ils assument parfaitement.

Leur nid douillet, entre Ath et Enghien, se situe à l’arrière d’une maison en dur, une fermette réaménagée par des amis, de façon tout à fait classique. Pour rentrer chez eux, il faut prendre un petit sentier. Leur habitation à eux se trouve derrière la grange. Une belle yourte, verte et rouge, vert pour les "murs", rouge pour le "toit" qui se fond dans le paysage champêtre.

A l’intérieur : un coin cuisine, un coin salon, un coin bureau, une mezzanine. Une maison ronde, très lumineuse en fait, avec trois portes-fenêtres et un puits de lumière au sommet. " Une maison qui thermiquement a un comportement très particulier, l’inertie est proche de zéro. Dans une ossature bois, on a une maison qui a une inertie très faible, mais ici, on a une structure bois qui est réduite au minimum et donc on profite très vite des changements de température, le déphasage avec la température extérieure est toujours très confortable, même quand il gèle on peut chauffer jusqu’à 24 degrés et on perd un degré par heure seulement ".

Stéphane Klimowski sait bien de quoi il parle. Ce bio-ingénieur est certificateur CEB, il est aussi un ardent défenseur de ce genre d’habitat, il faut dire qu’il est fabriquant de yourte dans la vie.

Sarah, créatrice de bijoux, sous le charme de la yourte

"Le fait de rentrer dans un endroit rond, c’est ce qui m’a subjugué quand on a fait nos premières visites de yourte. C’est ce caractère spécial de l’endroit rond qui apaise et je trouve que ça convient à bien d’autres activités comme la musique par exemple." Sarah aussi sait de quoi elle parle, elle qui pratique l’accordéon à ses heures.

Ce qui séduit le couple dans la yourte n’est pas seulement l’aspect esthétique. "On était locataire bruxellois depuis de nombreuses années et les prix du marché locatif étant ce qu’ils sont, on commençait à se poser des questions sur la pertinence de rester locataire à long terme et en même temps on voulait devenir propriétaire sans s’endetter sans emprunter, donc payer avec nos fonds propres, ce qui nous a amené naturellement vers l’habitat léger ou en tout cas vers des formules d’habitat original. Il y avait aussi l’aspect écologique : on voulait une maison dans laquelle il fasse bon vivre au niveau écologique mais aussi une maison qui prenne en compte tout le cycle de vie, c'est-à-dire qu’au moment où cette maison allait devoir 'mourir' , nous voulions qu’elle soit aussi responsable qu’au moment où nous l’habitions et la yourte s’est avéré ce qui correspondait le mieux à nos besoins, on a visité de tout, des roulottes, des maisons conteneurs, des maisons tipi, des cabanes, toutes sortes de choses, mais nous, nous voulions un habitat permanent, pas un truc pour le weekend seulement et avec la yourte on a pu faire tout ça".

Si Sarah et Stéphane se sont lancés aussi dans le jardinage, s’ils surveillent leur empreinte écologique, ils sont loin tout de même de l’image qu’on peut se faire parfois de ceux qui choisissent ce type d’habitat. Parfois même ils ont l’impression qu’on leur reproche leur manque de rusticité : "Oui, on a l’eau courante, l’électricité, internet à grande vitesse, un lave-vaisselle, un écran plat, nous aimons vivre au XXIème siècle avec du double vitrage ".

Ce qui a séduit le couple aussi, c’est l’évolution possible de cet habitat. Facile d’ajouter une ou plusieurs yourtes à la première pour ajouter des pièces, un atelier bijou pour Sarah, une salle de bain, une chambre, "facile aussi de se dire qu’on peut partir à tout instant, la yourte n’est pas l’habitat léger le moins cher au mètre carré, mais on peut tout replier sans dommage, tout est démontable, et réutilisable, la toile les murs en treillis, les perches, tout tient dans un camion et on peut s’installer autre part".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK